Une application pour traquer les déchets marins…


D’innombrables déchets plastique et autres débris sont trouvés en mer et sur les côtes. Ils nuisent à la faune marine et menacent potentiellement la santé humaine. Pour en savoir plus sur la localisation et les volumes de ces déchets, l’Agence européenne pour l’environnement lance l’application Marine LitterWatch.

800px-Starr_080603-5639_Boerhavia_repens.jpg

L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) lance Marine LitterWatch, une application pour Smartphones qui traque les déchets marins. Tout le monde peut l’utiliser pour cartographier les déchets observés sur les côtes. « Ces données seront utilisées pour mieux comprendre le problème, et nous espérons aider à soutenir une réponse politique telle que formulée dans la directive-cadre sur la stratégie marine européenne », informe l’AEE dans un communiqué. L’application est d’ores et déjà disponible sur  Android et le sera prochainement sur iPhone et iPad.

Les États membres de l’Union européenne se penchent en effet sur ce problème par la directive-cadre « stratégie pour le milieu marin » (DCSMM). Cette directive vise à déployer des plans d’actions en faveur du bon état des eaux marines. Pour cela, elle nécessite de mieux évaluer les impacts liés aux pressions des activités humaines, notamment en zone côtière. Actuellement, les données sont insuffisantes.

Les objectifs de Marine LitterWatch

La principale raison d’être de Marine LitterWatch (MLW) est de permettre aux réseaux de citoyens à travers l’Europe d’aider à améliorer la base de données nécessaire pour lancer des plans d’actions et atteindre le «bon état écologique» des mers d’Europe en 2020. L’application vise ainsi à combler les le manque de données sur les déchets marins, nécessaires à la DCSMM.

Au-delà des initiatives individuelles, MLW constituera une aide au suivi pour les communautés nationales et locales déjà impliquées, telles que les ONG et les initiatives de la société civile. Elle permettra ainsi la collecte de données d’initiatives telles que les nettoyages, dont les tonnages n’étaient pas toujours archivés et suivis.

Comme les plaques de déchets présents dans les 5 gyres océanographiquesne sont pas visibles par tout le monde, l’idée est de faire prendre conscience aux citoyens des problèmes environnementaux dans leur région, au plus proche de chez eux. Ils adopteront alors, peut-être, des comportements plus durables et lutteront ainsi contre la pollution marine.

A moyen terme, les données collectées permettront de mieux comprendre comment les déchets marins se propagent, de connaître leur composition et de déterminer comment en assurer une meilleure gestion.

Auteur :Matthieu Combe
Source :  natura-sciences.com (05.03.14) Source photo :  wikimedia.org 

Un projet réunionnais pour limiter la casse chez les cétacés...
Laos - Un projet de barrage menace les dauphins du Mékong...

Laisser un commentaire