Vidéo – Un plongeur a failli se faire engloutir par une baleine…

Alors qu’il était en train de filmer la vie maritime au large des côtes d’Afrique du Sud, un plongeur est passé à quelques centimètres de se faire engloutir par un énorme cétacé venu chercher son repas.


Un plongeur a failli se faire engloutir par une baleinepar Gentside Découverte

L’intelligence des baleines n’est plus à démontrer, leurs comportements sociaux et individuels nous ont prouvé que ces géants marins ont de remarquables capacités. Il arrive parfois de croiser ces immenses cétacés dans les fonds marins, et cette rencontre peut amener à avoir quelques petites frayeurs…

Récemment, un plongeur en a fait les frais : il a bien failli se faire avaler par une baleine si cette dernière n’avait pas eu l’obligeance de l’éviter.

Alors qu’il observait la migration annuelle des sardines (« Sardine Run ») au large de la ville de Port Elizabeth, en Afrique du Sud, Rainer Schmipf a évité de justesse de se faire avaler par une baleine de 15 mètres de long.

Comme en témoigne la vidéo ci-dessus, le plongeur filmait un petit banc de sardines en train de se faire dévorer par un groupe de requins, quand soudain il a réalisé qu’un cétacé géant se dirigeait droit sur lui la bouche béante. « Il y avait une petite boule d’appât (sardines) en dessous de moi et un groupe de requins. Ce n’est que lorsque les requins se sont dispersés que j’ai réalisé qu’une baleine venait directement sur moi », mais « au dernier moment, elle a dû se rendre compte que j’étais là, elle m’a évité et a manqué la boule d’appât », explique Rainer. Si « elle ne m’avait pas évité elle m’aurait avalé en entier ».

Un système de filtrage dans la bouche

Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident se produit. Durant l’été 2013 au large des côtes de la Californie, deux plongeurs avaient déjà failli être engloutis par deux baleines à bosse. Comme Rainer Schimpf, c’était à quelques centimètres près.

Heureusement, si Rainer avait été englouti par la baleine, il n’aurait pas vraiment servi de repas. En effet, la mâchoire supérieure des baleines est garnie de lames cornées qui filtrent la nourriture avalée, les fanons. Pour se nourrir, les cétacés ouvrent leur gueule, et aspirent une grosse quantité d’eau, mais tout ne finit pas dans leur estomac. Les fanons ont pour rôle de laisser passer l’eau et les petites proies, les éléments nutritifs trop volumineux vont se prendre dans les poils des fanons et être retenus.

Le diamètre de l’œsophage d’une baleine étant trop petit pour les faire passer, les éléments seront alors recrachés par le mysticète.

« Sardine Run »

Chaque année, entre mai et juillet, des millions de sardines longent les côtes Est sud-africaines pour aller pondre au Nord, c’est la « Sardine Run ». Cette remontée de l’Afrique australe donne lieu à des bancs de poissons pouvant atteindre les 7 kilomètres de long, 1,5 kilomètre de large et 30 mètres de profondeur.

Aussi, la manifestation est clairement visible depuis les airs. Lorsqu’il est attaqué, le grand banc de sardines est disloqué, cependant les sardines se regroupent instinctivement lorsqu’elles sont menacées et forment plusieurs bancs de poissons plus petits. Ce comportement de replis en groupe est un mécanisme de défense, en effet, lorsqu’un individu est isolé, il sera plus susceptible d’être consommé que s’il se trouvait dans un grand groupe.

La gigantesque migration de sardines invitent tout types de prédateurs à profiter de cette masse alimentaire. Requins, dauphins, oiseaux marins s’invitent à la course afin de s’alimenter à outrance. Mais il arrive de temps à autre que des cétacés rejoignent le bal et viennent engloutir des poissons par dizaines.

Source :  maxisciences.com (23.05.14)

Vidéo - Bretagne : une vingtaine de dauphins filmés dans l'archipel des Glénan...
Vidéo - Australie : il nage au secours d’une baleine prisonnière d’un filet...