Observation des baleines : les Polynésiens encouragés à devenir des contributeurs…

PAPEETE, le 9 juillet 2014 – En cette saison des baleines, l’association Te mana o te moana, connue pour ses actions en faveur des mammifères marins et des cétacés, a édité un guide d’approche ainsi que des fiches d’identification. Elle a également créé un site pour encourager les Polynésiens à y entrer leurs observations dans l’objectif de récolter des données.

Anim1755_-_Flickr_-_NOAA_Photo_Library.jpg

L’arrivée des baleines dans nos eaux polynésiennes est toujours un évènement pour ceux qui ont la chance d’en apercevoir. Encore faut-il savoir les identifier! C’est dans cette optique que l’association Te mana o te moana a choisi de rééditer des supports d’information et de sensibilisation, dont le guide d’approche des cétacés, accompagné d’une fiche d’identification. Ils avaient déjà été remis aux prestataires d’activités touristiques. Cette fois, ce sont 800 guides d’approche, dont 200 traduits en anglais et 200 fiches qui ont été imprimées.

Appel à contributeurs.

Depuis quelques semaines, le site de l’observatoire des cétacés initié par l’association, a dédié un espace exclusivement réservé aux contributeurs du monde de la mer polynésienne. Du pêcheur du dimanche au surfeur en passant par de simples touristes en balade nautique, dès lors qu’ils ont pu observer la présence d’une baleine, ils peuvent le signaler sur le site en question. Pour ce faire, rien de plus simple. Il suffit de s’inscrire sur le site, puis de se connecter via son identifiant. De là, il ne reste plus qu’à remplir la fiche d’observation en ligne. En cas de doute sur l’espèce croisée en mer, un « arbre de détermination des cétacés » est consultable en un clic.

La Polynésie entre en pleine saison des baleines.

Les baleines arrivent dans nos eaux à partir de la mi-mai pour les plus précoces et le gros des troupes suit de près à partir du mois de mois de juin. Elles séjournent en Polynésie jusqu’en octobre. Nouvel élément fraîchement indiqué lors d’une récente étude sur les cétacés, il semblerait que les espèces (comme la baleine à bosse) qui viennent en Polynésie soient les mêmes chaque année. « Celles qui iront à Rurutu par exemple seront les mêmes que celles qui sont venues les années précédentes. Jusque-là, cette donnée n’avait pas encore été reportée. » explique Charlotte Esposito de l’association Te mana o te moana.

Cette migration saisonnière fait apparaître que le nombre d’individus se situerait entre 950 et 1900. Pour atteindre les eaux plus chaudes propices à leur reproduction, les baleines auront parcouru 12 000 kilomètres depuis le pôle Sud.

Leur arrivée suscite forcément la curiosité de la population. Comme le souligne le site de l’association  » La faune marine abondante, la clarté des eaux et la facilité d’approche des espèces marines ont fait de la Polynésie française un haut lieu d’observation de la vie sauvage et un terrain propice au développement des activités éco-touristiques et particulièrement l’approche des dauphins et baleines dans leur milieu – souvent appelée “[Dolphin and Whale Watching] ».

Cette activité s’est développée à partir des années 90, obligeant le Pays à mettre en place le Sanctuaire des Cétacés de Polynésie française, une zone grande comme l’Europe avec ses 5,5 millions de km2. Dès lors, tous les prestataires qui veulent se livrer au « Whale watching » doivent obtenir une autorisation administrative au préalable, délivrée par le Ministère de l’environnement local.

Enfin, la récolte de données liées aux déplacements des baleines permet de mieux connaître leurs habitudes. Pour en savoir plus, visitez le site de l’Observatoire des cétacés en Polynésie française : observatoirepolynesie.org 
TP

Source :  tahiti-infos.com (09.07.14)  Source photo :  wikimedia.org 

En plein océan, ces touristes ont eu droit à un spectacle extraordinaire... !
Patagonie : les baleines au rendez-vous... !

Laisser un commentaire