Sea Shepherd choisit Damen pour son futur navire…

L’organisation de protection de l’environnement a dévoilé hier soir le design de son futur navire, conçu avec les bureaux d’études de Damen. Un bateau destiné aux opérations que mène Sea Shepherd contre les baleiniers japonais et tous les bateaux qui s’adonnent à la pêche illicite dans les eaux australes.

SSCS 28 01 15.jpg


Le «  Dream Ship » a été dévoilé à l’issue du Goed Geld Gala, un gala de bienfaisance annuel qui s’est déroulé hier à Amsterdam. Sea Shepherd, qui y a présenté le projet Stop Illegal Fishing in the Southern Ocean, a reçu la plus grosse donation de son histoire, soit 8.3 millions d’euros. « Nous allons utiliser ce don pour construire un nouveau navire, qui permettra à l’organisation d’être plus efficace que jamais dans la lutte contre le braconnage en haute mer », explique-t-elle. Le lévrier de la flotteSea Shepherd s’est fait mondialement connaître pour ses actions musclées contre la pêche illégale au large de l’Antarctique, plus particulièrement à l’endroit de la flotte baleinière japonaise, face à laquelle l’organisation mène depuis plus d’une décennie un combat implacable. Mais, au-delà de sa volonté de protéger les cétacés, elle est aussi très active contre la pêche illicite de poissons. Cet hiver encore, Sea Shepherd mobilise sur zone deux navires, le Bob Barker et le Sam Simon, qui traquent les braconniers de légine. « Nos actions ont rencontré beaucoup de succès mais la flotte (qui comprend aussi le célèbre Steve Irwin et le trimaran Brigitte Bardot, ndlr) est âgée et les navires manquent de rapidité. Depuis de nombreuses années, Sea Shepherd souhaite acquérir un navire dont l’autonomie et la capacité à atteindre des vitesses élevées en feraient notre patrouilleur océanique amiral dans les mers du sud. Cependant, jusqu’ici, des problèmes de budget avaient rendu cet achat impossible ». Une contrainte désormais levée grâce au don obtenu hier. Selon Alex Cornelissen, directeur général de Sea Shepherd Global : « Sea Shepherd est désormais en mesure d’avoir un navire conçu sur mesure et capable d’atteindre des vitesses largement supérieures à celles des navires actuels de notre flotte. Après avoir recherché différents chantiers possibles depuis deux ans, les négociations avec le constructeur néerlandais Damen ont abouti aux plans de notre navire idéal ». Dérivé de la gamme Fast Crew SupplierPour l’heure, l’organisation ne souhaite pas communiquer les caractéristiques techniques de son futur navire, et n’avance pas non plus de date de mise en service. La première vue de son « Dream Ship » donne néanmoins d’importantes indications. D’abord, le navire a été très clairement dessiné à partir de la gamme Fast Crew Supplier (FCS) développée par Damen pour les besoins en transport de personnel et de fret dans l’industrie offshore. Adoptant le design Sea Axe avec étrave perce-vague, les FCS sont éprouvés à la mer puisqu’opérationnels depuis plusieurs années chez différents armateurs. Ces navires d’une cinquantaine de mètres se distinguent par leur vitesse, qui peut atteindre 30 nœuds et correspond parfaitement aux souhaits de Sea Shepherd. Celle-ci souhaite en effet pouvoir disposer de l’avantage de la vitesse sur ses adversaires, tant pour les poursuivre que pour réaliser des manœuvres évasives, par exemple lorsque les baleiniers japonais, évoluant en meute, tentent d’intercepter les navires de l’organisation. Dotés d’une importante autonomie et de grosses capacités logistiques, les FCS bénéficient par ailleurs d’une passerelle panoramique offrant une vue à 360 degrés. Et ils disposent d’une vaste plage arrière. C’est sur cet espace que Sea Shepherd compte aménager  une plateforme hélicoptère et intégrer un dispositif de mise à l’eau d’embarcations semi-rigides. L’image du Dream Ship laisse aussi entrevoir une timonerie renforcée et la présence, à la proue, de ce qui semble être une caméra placée protégée sous une cloche transparente.
Source & capture d’écran :  meretmarine.com (27.01.15)



Actualité récente en rapport :

Chasse à la baleine : état des lieux…

Le Japon ne va plus chasser la baleine, mais l’étudier…

8 militants de Sea Shepherd interdits de territoire…


Voir également notre dossier complet sur le thème :


La chasse baleinière…

Canada - Les municipalités riveraines du Saint-Laurent font appel aux élèves des écoles primaires du Québec pour trouver un nom à leurs bélugas...
La plongée profonde s'avère risquée pour les mammifères marins...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.