Canada – TransCanada n’a pas mis une croix sur le Québec…

Malgré la vive controverse suscitée par l’idée de faire du Québec une plaque tournante de l’exportation maritime du pétrole albertain, TransCanada persiste et signe. Si elle dit laisser tomber la région de Cacouna afin de protéger les bélugas, elle n’en étudie pas moins d’autres sites pour la construction d’un port sur le Saint-Laurent. 640px-Belugaschule_1999-07-02.jpg

La multinationale a confirmé jeudi qu’elle « évalue présentement d’autres options » pour son port, sans toutefois offrir de détails. Ces modifications aux plans originaux de la pétrolière reportent à l’automne le dépôt final des documents du projet Énergie Est à l’Office national de l’énergie. La « mise en service »est quant à elle repoussée de deux ans, à 2020.
L’entreprise a expliqué sa décision en insistant sur la désignation du béluga comme espèce « en voie de disparition »en décembre dernier. « Nous avons toujours affirmé que si le projet présentait des impacts significatifs pour les bélugas ou pour toute autre espèce, nous serions prêts à le modifier afin d’éliminer ou d’atténuer ces impacts », a plaidé la pétrolière par voie de communiqué.
TransCanada a procédé l’an dernier à des levés sismiques, puis à des forages dans le secteur de Cacouna. Il a d’ailleurs fallu une intervention en cour des groupes environnementaux pour que l’entreprise accepte de demander un certificat d’autorisation au gouvernement du Québec. Celui-ci a été accordé, mais la cour a ensuite fait stopper les travaux, jugeant qu’il y avait eu« une faille dans le processus décisionnel du ministre »de l’Environnement, David Heurtel.
Qui plus est, les spécialistes de l’espèce ont démontré dès 2013 que la population des bélugas du Saint-Laurent accusait un déclin marqué, le nombre d’individus se situant à environ 880. Ce sont ces constats scientifiques qui ont amené le fédéral à revoir le statut de l’espèce l’an dernier.
Le secteur de Cacouna est reconnu depuis des années comme la pouponnière de l’espèce. Un document de la pétrolière daté du 24 juillet 2014 désigne justement la région comme un « habitat critique ». TransCanada a aussi eu l’occasion d’en être informée auparavant, puisqu’elle a déjà développé un projet de port méthanier à Cacouna. Celui-ci avait reçu l’approbation du gouvernement Charest en 2007.

Rejeter le projet

Au-delà de la question du port, les groupes environnementaux ont insisté jeudi sur les risques inhérents au plus important projet de pipeline en développement en Amérique du Nord. Celui-ci transportera 1,1 million de barils par jour, et ce, pendant des décennies.
Pour l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, cela représente d’importantes émissions de gaz à effet de serre. « Nous avons démontré que les émissions en amont et en aval liées au pétrole transitant par l’oléoduc Énergie Est sur 40 ans dépasseraient les 5,2 milliards de tonnes de CO2. C’est l’équivalent de 64 fois les émissions du Québec de 2011 ou encore l’équivalent de la pollution de 1,3 milliard de voitures pendant un an », a fait valoir le directeur Climat du groupe, Alain Brunel.
Pour Patrick Bonin, de Greenpeace, « le Québec doit rejeter le projet en entier, qui présente des risques et aucun véritable bénéfice ». Le pipeline doit traverser plus de 641 cours d’eau, dont le Saint-Laurent, mais aussi le territoire de 150 municipalités.
Le premier ministre Philippe Couillard a pour sa part réitéré jeudi que son gouvernement étudiera le projet lorsque celui-ci lui sera présenté. Selon le chef libéral, Énergie Est devra laisser entrevoir des retombées économiques, mais aussi réussir le test d’une évaluation environnementale québécoise. Celle-ci ne tiendra pas compte des impacts environnementaux des sables bitumineux.

Source :  ledevoir.com (03.04.15)

Source photo :  wikimedia.org

Actualité récente en rapport :Vidéo – Canada – Forages à Cacouna : la Cour ordonne l’arrêt des travaux… !

Canada – Les groupes environnementaux demandent un débat d’urgence sur les bélugas…

Canada – Des environnementalistes interpellent Philippe Couillard…
Canada – Travaux à Cacouna : Québec sommé de poursuivre TransCanada… Canada – Ottawa prend le contrôle du projet de TransCanada… Vidéo – Canada – Une chaire de recherche sur le béluga financée par TransCanada… ?

Vidéo – Canada : David Heurtel pourrait adopter un béluga…

Canada – Bélugas : donner d’une main, tuer de l’autre…

Canada – Un rapport sur les bélugas force l’arrêt des travaux à Cacouna… ! TransCanada ne viendra pas à Cacouna… !

Plus d’infos sur l’espèce & fiche pédagogique téléchargeable :

Le béluga

Marseille : essor du tourisme baleinier, le long des côtes françaises, désormais labellisé...
Canada - Les élèves du primaire invités à lui dénicher un nom...