La Réunion. Bientôt une réglementation plus sévère pour protéger les baleines

Dans les mois à venir, la législation et les contrôles devraient être renforcés afin de protéger au mieux les baleines.

 

De juin à novembre : c’est la saison des baleines à La Réunion. Mais l’an passé, les observations de baleines ont été rares.

Ce lundi 4 juillet, les autorités ont organisé une réunion à Saint-Gilles afin de rappeler le contexte et les bonnes pratiques à adopter pour ne pas effrayer les cétacés.

 

Une nouvelle Loi devrait voir le jour en août pour protéger les baleines. Les baleines seront-elles nombreuses cette année au large des côtes réunionnaises ? La question reste entière mais en 2015, seules 28 baleines à bosse ont été observées contre 80 à 170 les années précédentes…

A l’heure actuelle, 4 à 5 observations ont été réalisées en juin. Et un constat s’impose : l’homme ne doit pas effrayer les cétacés qui évoluent au large de La Réunion. La charte d’approche des Baleines doit impérativement être respectée et ce n’est pas toujours le cas.

Un projet de loi devrait aboutir dans les semaines à venir afin de protéger au mieux les baleines.

Protéger et respecter les baleines tout en bénéficiant de cet attrait touristique : c’est l’objectif affiché par les autorités.

 

Dispositif de contrôle du respect de la charte d’approche des baleines et du code de l’environnement

Par voie de communiqué, la préfecture de La Réunion a d’ores et déjà signalé la présence de quelques baleines le long de nos côtes. L’observation des baleines suscite toujours un vif intérêt de la part d’un public qui a parfois tendance à oublier les règles élémentaires d’approche et d’observation, inscrites dans la charte d’approche des baleines en 2009.

La préfecture de La Réunion insiste sur le fait que « les services de contrôle (gendarmerie maritime, gendarmerie nationale, direction de la mer Sud océan Indien, réserve naturelle marine de La Réunion, brigade nature océan indien) restent mobilisés, y compris les week-ends et jours fériés ».

En périodes de forte affluence, les risques d’accident sont en effet très élevés pour celles et ceux qui ne respecteraient pas la charte d’approche.

En outre, le code de l’environnement permet de « sanctionner les comportements abusifs, tels la perturbation intentionnelle et le harcèlement des mammifères marins (cf. arrêté ministériel du 1er juillet 2011) ».

La préfecture de La Réunion précise également qu’en accord avec le parquet, la direction de la mer Sud océan Indien reconduira « le dispositif mis en place depuis deux ans consistant à embarquer des agents assermentés à bord des navires de transport de passagers et des structures bénéficiant du label O²CR (observation certifiée responsable des cétacés à La Réunion) ».

En clair : cette formule permet d’« optimiser la présence sur le plan d’eau des agents de contrôles qui pourront ainsi relever les comportements inadaptés et, le cas échéant, dresser des procès verbaux d’infraction sous le contrôle du parquet qui décidera des poursuites ».

Source : Linfo, 04.07.2016

Québec - Zone industrialo-portuaire à Cacouna: les écologistes furieux
Les tortues, dauphins ou oiseaux, premières victimes des sacs plastiques jetables en Outre-mer

Laisser un commentaire