Cachalot échoué près du Havre : ses dents en ivoire ont été volées

Des dents en ivoire d’un cachalot échoué la semaine dernière dans l’estuaire de la Seine, à proximité du port du Havre, ont été dérobées sur le cadavre du cétacé, a-t-on appris mercredi auprès de la Maison de l’estuaire.

« Nous avons constaté 4 à 5 dents manquantes sur la partie visible de la mâchoire », a indiqué à l’AFP Martin Blanpain, directeur de la maison de l’estuaire, une association en charge de la réserve naturelle de l’estuaire.

Le braconnage a eu lieu, selon lui, au cours du week-end. Il a été constaté lundi lors d’une opération de grutage, en vue de déplacer l’animal.

« Nous avons trouvé un petit burin à côté du cachalot, qui a été manifestement oublié », a précisé M. Blanpain.

Un cachalot possède 20 à 25 dents

Le nombre de dents dérobées pourrait être plus élevé, selon l’organisation écologiste Robin des Bois qui indique dans un communiqué qu’un cachalot porte sur sa mâchoire inférieure 20 à 25 dents coniques.

« Certaines pèsent un kilo, un kilo d’ivoire vendu sur le marché noir entre 2 000 et 5 000 euros », précise l’association qui ajoute que « de tels actes de braconnage et de profanation se multiplient en Europe, en Islande et au Canada ».

L’énorme cétacé, d’une longueur de 14,7 m et d’un poids estimé à 15 tonnes, était toujours arrimé à une digue mercredi, non loin des terminaux de Port 2000, la zone portuaire du Havre réservée aux conteneurs.

L’opération de grutage à partir de la digue n’ayant pas été menée à bien, en raison des dangers qu’elle représentait, les autorités sont à la recherche de nouvelles solutions.

Enrichissement des écosystèmes marins

L’association Robin des Bois réclame que « les carcasses des mammifères marins soient dans toute la mesure du possible remorquées et immergées ».

« Des recherches scientifiques menées dans le monde entier révèlent qu’elles constituent de véritables oasis biologiques pendant des dizaines d’années et qu’elles contribuent ainsi à l’enrichissement des écosystèmes marins », explique-t-elle.

Source : Ouest France – Publié le 02/12/2016

Italie : des plongeurs de la garde côtière sauvent quatre baleines à bec
Des ostréiculteurs sauvent un dauphin échoué près d'Oléron

Laisser un commentaire