Au moins 450 requins retrouvés morts au large de la Bretagne

La mairie de Pleubian, dans les Côtes-d’Armor, va porter plainte après la découverte de plusieurs centaines de requins émissoles, pris au piège dans un filet de pêche de 700 mètres de long qui aurait légèrement dérivé.

Une découverte « impressionnante » et « sans précédent ». Au moins 450 petits requins mesurant entre 80 cm et 1,50 m ont été retrouvés morts piégés dans un filet de pêche sur les côtes bretonnes, a indiqué jeudi le maire de Pleubian, Loïc Mahé. L’alerte avait été donnée mardi par un goémonier, qui a découvert le filet de pêche dans la zone du Sillon de Talbert, où les squales se trouvaient pris au piège avec des raies et d’autres poissons.

L’édile a annoncé ce vendredi son intention de déposer plainte samedi à la gendarmerie maritime « afin de savoir qui est le coupable », soulignant qu’aucun suspect ne s’est spontanément signalé. Interrogé, le parquet de la ville de Saint-Brieuc a déclaré ne pas souhaiter s’exprimer à ce stade sur le sujet, n’ayant « pas suffisamment d’éléments ».

Les requins émissoles ont été découverts dans un filet de 700 mètres de long qui a « légèrement dérivé », selon le maire. Les cadavres ont été convoyés par benne ce vendredi matin vers une usine d’équarrissage dans la localité de Plouvara (ouest), l’une des plus importantes de France.

À l’endroit où la découverte a été effectuée, la pêche « est autorisée », a précisé le maire. Mais « il se pourrait que le pêcheur n’ait pas sa licence à jour » et ceci expliquerait « pourquoi il ne s’est pas dénoncé », a-t-il ajouté. Si c’est le cas, il répondra de ce délit, en plus de la demande de dédommagement de la mairie à qui l’opération a coûté 3130 euros, selon Loïc Mahé. Les services techniques de la mairie ont été aidés par des bénévoles d’associations pour dégager les cadavres du filet qui portait des traces de couteau, signe d’une intervention humaine « pour s’en débarrasser », a observé le maire.

Un «massacre» de dauphins sur les côtes françaises

Les requins ne sont pas les seules victimes de la pêche au pélagique (un grand filet remorqué qui évolue en pleine eau, NDLR). En mars dernier, l’ONG Sea Shepherd mettait en ligne une vidéo tournée au large de l’île de Ré, en Charente-Maritime, dans laquelle on voyait plusieurs dizaines de dauphins pris au piège de filets de pêche des chalutiers. Selon l’ONG, ces navires tueraient entre 6500 et 10.000 dauphins chaque année sur les côtes françaises.

Ce phénomène est notamment visible en constatant le nombre de spécimens échoués sur les plages. Depuis janvier, au moins 300 échouages ont été répertoriés par l’observatoire Pélagis, situé à La Rochelle. D’après les scientifiques, plus de 70% de ces dauphins échoués portent des traces de captures accidentelles. D’autant que, selon Sea Shepherd, l’immense majorité des cadavres coulent au fond de l’eau, et n’atteignent pas les côtes. Ce phénomène serait devenu récurrent depuis une trentaine d’années en France.

Source : Le Figaro – Publié le 15 juin 2018
Photo de une : Association Apecs

 

 

Canada - Une baleine à bosse empêtrée dans des casiers à homard en Gaspésie
Dauphins, loutres, otaries… chassés pour servir d’appât

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *