Nouvelle-Zélande : un record de traversée du Détroit de Cook pour sauver les dauphins

L’apnéiste William Trubridge voulait sensibiliser sur l’avenir des dauphins D’Hector et Māui, sous-espèces des îles du Nord et du Sud du Dauphin de Nouvelle-Zélande, qui sont en voie de disparition. Il vient d’établir le record de la traversée du Détroit de Cook, dans la mer de Tasman, en Nouvelle-Zélande, à la nage et majoritairement sous l’eau.

Double champion du monde

William Trubridge est un apnéiste néozélandais d’origine anglaise né le 24 mai 1980. Ce champion du monde d’apnée se laisse descendre dans les profondeurs à l’aide d’une corde pour atteindre le palier le plus bas possible. Ainsi, en 2016, il établissait un double record avec une première descente à 122 m, battue quelques jours plus tard de 2 m.

Record de traversée du Détroit de Cook

L’apnéiste William Trubridge vient d’établir le record de la traversée du Détroit de Cook, dans la mer de Tasman, en Nouvelle-Zélande, à la nage et majoritairement sous l’eau.

Il a traversé ce canal, reliant l’île du Nord à celle du Sud, sous l’eau, équipé d’une monopalme, pour reproduire le déplacement du dauphin, et en remontant à la surface que pour y prendre quelques respirations. Au total son ordinateur de plongée a enregistré 943 plongées.

Après 9h15 à la nage pour parcourir les 32 km de parcours, il est sorti épuisé et à la limite de l’hypothermie des eaux glaciales et imprévisibles du détroit. Le Détroit de Cook figure parmi l’un des plus dangereux du monde (Il arrive à la 2e position dans le classement du Ocean Seven, un marathon de nage dans un bras de mer), avec une largeur de seulement 23 km aux endroits les plus étroits. Conditions météorologiques imprévisibles, courants puissants, eau glacée, méduses urticantes et requins sont les caractéristiques de ce bras de mer.

« Nous avions des courants forts, des nappes d’eau froide et une mer agitée », a déclaré Trubridge. « C’était comme être dans une machine à laver de temps en temps. J’avais des crampes dans les jambes, froid, des ampoules, bref, les trucs habituels. Mais je pense que j’en m’en suis pas mal tiré ; il y a tellement de choses qui auraient pu mal se passer, et si personne ne l’avait fait, je ne l’aurais probablement pas fait. Je ressens beaucoup de soulagement et de jubilation. »

Sensibiliser sur l’avenir des espèces rares de dauphins

William Trubridge est un fervent défenseur des océans et c’est pour sensibiliser sur deux sous-espèces des îles du Nord et du Sud du Dauphin de Nouvelle-Zélande qu’il a effectué cette traversée.

« Les deux sous-espèces de dauphins de Nouvelle-Zélande qui occupent les îles du Nord (dauphins de Maui) et du Sud (dauphins d’Hector) sont menacées de disparition », explique l’apnéiste. « Je suis allé environ cinq fois moins vite et avec cinq fois plus de plongées qu’un dauphin d’Hector pour faire la même traversée. Mais ça m’a permis de montrer que si nous pouvons nager à la manière d’un delphinidé entre nos deux îles, ils devraient aussi avoir la liberté de faire la même chose. »

Le plongeur néozélandais appelle le gouvernement à agir rapidement pour la sauvegarde des mammifères et à mieux réglementer le secteur de la pêche. Il invite également les plongeurs du monde entier à faire pression sur les instances politiques avant qu’il ne soit trop tard.

Il ne reste aujourd’hui qu’une population de quelques milliers de dauphins d’Hector, mais seulement 50 individus de l’espèce Maui. D’après les experts, l’espèce est suffisamment variée génétiquement pour qu’ils puissent se reproduire. Mais pour ça, il faut les protéger de la pêche commerciale.

Source : Bateaux.com – Publié le 20 février 2019
Vidéo de une : Youtube

 

Vidéo - "La vie des dauphins sauvages"
Le temps presse pour les orques et bélugas retenus dans cette "prison de glace"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *