Vidéo : un groupe d’orques attaque une baleine bleue

Un groupe d’orques a été observé dans une attaque synchronisée contre le plus grand animal du monde, et ce n’était pas pour se nourrir.

Sur ces images filmées par un drone à Monterey en Californie, on peut voir un groupe d’orques mener une attaque coordonnée sur une baleine bleue.

Les orques (Orcinus orca) sont connues pour chasser d’autres animaux marins comme les dauphins et les phoques. Mais même ces prédateurs sans peur ne s’attaquent pas au plus grand animal connu sur Terre : une baleine bleue adulte. Un individu adulte de l’espèce Balaenoptera musculus peut mesurer plus de 30 mètres de long et peser près de 200 tonnes.

Comme on peut le voir sur cette vidéo, la baleine bleue s’est retournée, formant ce qui ressemble à un mur d’eau pour la protéger des orques, avant de s’éloigner à une vitesse que les prédateurs ne pouvaient pas atteindre, selon la biologiste marine Nancy Black, qui a filmé ces images National Geographic depuis son bateau d’observation.

Pour quelle raison ces orques ont-elles mené cette attaque synchronisée ?

« Elles l’ont probablement fait pour le plaisir » explique Black. « Elles jouent avec les baleines comme les chats jouent avec leurs proies. Elles sont joueuses et sociables. »

Nancy Black dirige le centre d’observation des baleines Monterey Bay Whale Watch. En 25 ans d’observation et d’étude du comportement des créatures marines, elle est devenue familière de la manière dont les orques et les autres cétacés interagissent dans la région. Ses équipes ont suivi plus de 15 orques le jour où cette vidéo a été filmée par un drone.

Bien que beaucoup plus imposante que ses adversaires, la baleine bleue semble effrayée par cette attaque soudaine.

« Les baleines bleues sont peureuses » explique Black.

Peut-être le sont elles à raison : si les orques ne parviennent presque jamais à défaire une baleine bleue ou une baleine grise, elles leur arrivent de pourchasser une mère baleine pour la séparer de ses petits, les baleineaux étant une proie plus facile.

Les baleines grises commencent leur migration des eaux de vêlage du Mexique jusqu’aux eaux nourricières de l’Alaska entre avril et mai. Quand elles passent par la baie de Monterey avec leurs petits, il est commun de voir le nombre d’orques augmenter dans la région. Nancy Black estime que près de 33 orques étaient dans la baie en avril dernier pour chasser les baleineaux.

Dans la même région en 2012, un groupe de baleines à bosse a été observé empêchant des orques de se repaître des baleineaux gris qu’elles venaient de tuer. Des incidents similaires observés dans différentes régions du monde ont conduit les scientifiques à croire que les baleines pouvaient agir de manière altruiste, protégeant les autres animaux de prédateurs potentiels.

Lorsqu’elles se mettent en chasse de larges proies telles que les baleines, les orques encerclent l’animal, lui laissant peu d’échappatoire. Les orques communiquent de diverses manières sous l’eau, notamment par le biais d’ultra-sons. Capables de percevoir des sons à des dizaines de kilomètres, les orques signalent à leurs congénères la localisation de leurs proies par des appels, des sifflements ou encore des clics continus.

Pour autant les orques sont silencieuses pendant la chasse, ce qui rend leur coordination mystérieuse. Cette vidéo montre les orques émerger furtivement de l’eau au même moment dans une synchronisation parfaite.

« Les orques sont extrêmement synchronisées. C’est incroyable » dit Black. « Nous ne savons pas comment elles peuvent l’être à ce point ».

D’après Black, cette attaque sur une baleine bleue pourrait être un tour d’essai, mais il est plus probable que les orques cherchaient à bousculer ce gentil géant des mers.

« Elles peuvent se conduire comme des enfants. Elles recherchent juste une réaction ».

Voir la vidéo

Source : National Geographic – Publié le 15 mars 2019
Photo de une : Flickr

 

Il ne reste plus que 10 individus de marsouins du Pacifique : cette espèce risque de s’éteindre à jamais très rapidement
Un plongeur se retrouve à l’intérieur d’une baleine, et ressort indemne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *