Le 11 mai, rejoignez Réseau-Cétacés pour vider les delphinariums ! Communiqué de Presse

Aujourd’hui, à l’occasion de la 7ème Journée Internationale « Empty the tanks » (« Videz les bassins ! »), pas moins de 60 événements vont prendre place à travers le Monde (de la Corée aux Etats-Unis, en passant par l’Australie, l’Afrique et l’Europe) afin de sensibiliser le public et les médias à la condition des cétacés captifs.

Réseau-Cétacés organise le relais parisien de cet événement et se mobilise :

Pour un happening #LibertéDauphins : de 12h45 à 15h00, Place du Palais Royal à Paris.

Ce happening, destiné à sensibiliser les passants sur la vérité cachée des delphinariums, prend symboliquement place devant le Conseil d’Etat qui a annulé l’arrêté qui condamnait les delphinariums français. 100 exemplaires du DVD « The Cove, la baie de la Honte » seront gracieusement distribués. Pour rappel, ce documentaire – oscarisé en 2006 et distribué en France par Luc Besson – démontre le lien qui existe entre les massacres de dauphins au Japon et l’industrie de la captivité. Une action « Empty the tanks » totalement inédite est d’ailleurs prévue à Taïji au Japon, sur le lieu des massacres.

Pour une projection gratuite du documentaire choc « Blackfish, l’orque tueuse » suivie d’un débat : de 16h45 à 19h00, au cinéma Studio Galande à Paris (42, Rue Galande, 5ème).

 

 

Blackfish : le film qui a fait couler SeaWorld aux Etats-Unis !

Le film nous raconte l’histoire de Tilikum, une orque mâle arrachée à sa famille et maintenue en captivité trois décennies. Condamnée à devenir une bête de spectacle, brisée par la captivité, elle en est devenue folle jusqu’à tuer. Parmi ses trois victimes, sa dresseuse, Dawn Brancheau, qui fut mise à mort par Tilikum dans une sorte de ballet macabre, en plein spectacle au Sea World d’Orlando, devant un public médusé.

Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice du film, a interviewé des témoins directs. Elle dresse un portrait hallucinant de la manière dont ces animaux particulièrement intelligents sont maintenus en détention par l’industrie des parcs de loisirs, avec pour seul objectif l’appât du gain.

Cette histoire interpellante pose une question cruciale : ces animaux peuvent-ils être détenus de la sorte ?

 

Réseau-Cétacés est la plus ancienne association de protection des cétacés en France. Elle a activement participé à l’élaboration de l’arrêté du 3 mai 2017 réglementant les delphinariums en France. L’arrêté ayant été annulé par décision du Conseil d’Etat en janvier 2018 – pour vice de procédure – elle s’attache, désormais, à faire en sorte qu’un nouvel arrêté – exempt de toute vice de procédure – voit le jour.

 

Contact Presse :
Sandra Guyomard, Présidente
sandra@reseaucetaces.org

« C’est en vidant les gradins que nous viderons les bassins »

 

 

Océans : Pourquoi est-il urgent de bannir le plastique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *