La libération des animaux captifs de la «prison des baleines» russe immortalisée en vidéo

Alors que 6 des 90 bélugas et 2 des 12 orques illégalement retenus captifs dans l’Extrême-Orient russe ont été relâchés en milieu naturel hier, une vidéo montrant leur réaction a été publiée sur Instagram.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Видео с выпуска косаток было опубликовано на телеграм канале «Зелёный змий». ⠀ Поведение косаток на этом видео нельзя назвать нормальным. Это не радость, это стресс. Видно, что более взрослая косатка заваливается на бок, что может говорить об одеревенении мышц (миопатии после транспортировки). Последствий столь долгой транспортировки и скоропостижного выпуска без реабилитации и подготовки могут проявится не сразу. Сейчас нам сказали, что косатки уплыли, но даже если это и так – последствия пережитого ими за эту неделю ещё могут быть впереди. Узнаем ли мы правду? Дадут ли @vniro_life всему миру возможность следить за передвижением косаток и белух, на которых установили GPS-метки? @vniro_life поделитесь с общественностью информацией. Хватит скрывать все от людей! Мы имеем право знать! —- The video of release of killer whales was published on the telegram channel “Green Serpent”. ⠀ The behavior of orcas in this video can not be called normal. This is not joy, this is stress. It can be seen that bigger killer whale collapses onto its side, which may indicate stiffness of the muscles (myopathy after transportation). The consequences of such a long transportation and sudden release without rehabilitation and proper measures may not be immediately apparent. Now we were told that the orcas swam away, but even if this is the case, the consequences of what they experienced this week may still be ahead. Will we find out the truth? Will @vniro_life give the whole world the opportunity to follow the movement of killer whales and beluga whales, on which GPS tags have been installed? @vniro_life share information with the public. Stop hiding everything from people! We have the right to know! ⠀ #whalejail #китоваятюрьма #свободубелухам #свободукосаткам #freerussianwhales #shameonrussia #shame #vniro #orcas #belugas #russia #putin #путин #россия #вниро

Une publication partagée par Скажи НЕТ китовой тюрьме (@freerussianwhales) le

Or, la nature de leur comportement a divisé les commentateurs. D’un côté, la coalition d’organisations écologistes Liberté pour les orques et bélugas avance qu’ils présentent des symptômes de stress et même de myopathie (maladie affectant les muscles), qui résulteraient du long trajet entre la « prison des baleines » et le lieu de libération, distants de 1 800 kilomètres, sans temps de réadaptation nécessaire. De l’autre, les chercheurs chargés de l’opération se veulent rassurants et affirment que les mouvements des mammifères ne sont que le reflet de leur joie suite à leur libération.

« Les chercheurs pensent qu’il s’agit de joie. Ils se mouvaient de manière synchronisée, et c’est visible sur la vidéo. Ils se dressent, tournent. En cas de myopathie, ils auraient été raides et n’auraient clairement pas pu effectuer de tels mouvements synchronisés »,affirme Alekseï Smorodov, porte-parole de l’Institut panrusse de recherches scientifiques sur la pêche et l’océanographie (VNIRO), cité par l’agence de presse TASS.

L’établissement, pour soutenir ses propos, a par ailleurs informé que les animaux avaient rapidement vu leur instinct sauvage refaire surface, et avaient déjà parcouru une centaine de kilomètres vers les îles Chantar, où ils avaient été capturés et où se trouvent potentiellement leurs proches.

Pour rappel, c’est en octobre 2018 que l’existence de la « prison des baleines » avait été révélée par Greenpeace, après quoi les autorités russes avaient déterminé que la capture de ces animaux, destinés à être vendus à des oceanariums chinois, était illégale. Inaptes à retourner aussitôt à l’état sauvage, ces 90 bélugas et 12 orques n’avaient cependant pu être relâchés immédiatement.

Source : fr.rbth.com, le 26.06.19
Photo : Christopher Michel, en.wikipedia.org

Les orques maintenues en captivité, ces victimes du stress chronique
Vers une France sans delphinarium ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *