Canada – 3 M$ pour la protection des mammifères marins

Le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Jonathan Wilkinson, était de passage à l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) de Mont-Joli ce matin (mercredi) pour annoncer un soutien financier aux activités de recherche dans le but de protéger les mammifères marins.

Le gouvernement du Canada consacre 3 M$ dans une douzaine d’initiatives scientifiques pour la protection des baleines à travers le pays. Ces projets favorisent notamment l’amélioration de l’équipement pour recueillir et analyser des données sur le terrain et la mise au point de nouveaux outils et de nouvelles technologies de détection des baleines en temps quasi réel, ainsi que l’élaboration et la mise à l’essai de systèmes permettant d’alerter les marins et exploitants de navires commerciaux de la présence de baleines. Des outils de prévision des déplacements doivent aussi être développés. D’autres projets consistent à réduire les effets du bruit sur les mammifères marins.

« Depuis 2015, notre gouvernement a beaucoup investi dans la protection des mammifères marins et nous mettons l’accent sur les populations de baleines grâce à des programmes liés au Plan de protection des océans, d’une valeur de 1,5 G$, de l’initiative de protection des baleines de 167 M$ et d’autres investissements », soutient le ministre Wilkinson.

Béluga et baleine noire

Du montant annoncé, l’IML bénéficiera de près de 600 000 $ pour y mener des travaux de recherche scientifique dans quatre des 12 projets soutenus. L’Institut entend évaluer l’impact du bruit sous-marin sur le béluga en appliquant des détecteurs de bruit sur le mammifère et en analysant son comportement.

L’Institut observera aussi la baleine noire à partir de l’exploitation de capteurs de vocalisation des baleines sur les bouées de surveillance Viking. « On ajoute des hydrophones pour permettre de mesurer le bruit des baleines, pas juste la baleine noire. À travers des algorithmes informatiques, il sera possible d’extraire le son de la baleine noire et de le relayer en temps réel sur des plateformes Web », décrit le directeur de l’IML, Yves de Lafontaine.

Cette dernière initiative nécessite un investissement de près de 260 000 $ d’ici 2020. L’entreprise rimouskoise Multi-Électronique a obtenu le contrat pour le projet d’observation des baleines sur le Web.

Source : lavantage.qc.ca, le 24.07.19
Photo : Hans Bernhard – fr.wikipedia.org

Vidéo - Afrique du Sud : la population de baleines à bosse est repartie à la hausse
Canada - Baleines noires : il reste beaucoup de travail à faire, affirme le ministre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *