La baleine empêtrée dans du cordage se dirige vers les eaux américaines

L’opération visant à désempêtrer la baleine noire qui se déplace au large de la Nouvelle-Écosse avec une corde enroulée autour de la mâchoire et à travers la bouche est au point mort depuis jeudi.

Wayne Ledwell, un membre de Whale Release and Strandings, le groupe de Terre-Neuve-et-Labrador qui a envoyé une équipe la semaine dernière en Nouvelle-Écosse afin de venir en aide à la baleine, a indiqué dimanche que l’animal a pu être approché jeudi, mais que, depuis, les conditions météo ne sont pas propices et que la baleine s’est considérablement éloignée des côtes.

«Jeudi, nous croyons avoir fait deux coupes, dans un premier temps sur le côté gauche de sa tête, puis, plus tard dans la journée, des cordes autour de sa tête», a dit M. Ledwell à l’Agence QMI au cours d’un entretien téléphonique, soulignant qu’en raison des conditions difficiles de travail, il n’est pas toujours certain que les coupes sont réussies.

Pêches et Océans Canada a toutefois confirmé que la sortie en mer de jeudi «a permis de sectionner une ligne de cordage, […], mais la baleine reste empêtrée».

Wayne Ledwell a ajouté que «depuis vendredi, le temps est venteux et brumeux, et la baleine est rendue à plus de 100 milles de la côte». «Elle est en train de se diriger vers les eaux américaines».

Arrivé mercredi à Halifax, le groupe de M. Ledwell travaille en collaboration avec des agents des pêches et une équipe de surveillance aérienne notamment.

La baleine, qui porte le numéro 3125, est suivie grâce à une étiquette satellite qu’elle porte sur elle. Elle avait été aperçue pour la première fois empêtrée dans des cordes le 4 juillet à l’est de la péninsule gaspésienne.

Depuis le début de l’année, huit baleines noires de l’Atlantique Nord sont mortes dans les eaux canadiennes, selon le plus récent bilan de Pêches et Océans Canada. Il ne resterait qu’un peu plus de 400 spécimens de cette espèce toujours en vie.

Ces mammifères marins sont particulièrement menacés par les collisions avec des navires et les empêtrements dans des engins de pêche composés de cordes. D’ailleurs, récemment, des agents de Pêches et Océans Canada et de la Garde côtière canadienne ont passé trois jours à ratisser le golfe du Saint-Laurent à la recherche d’engins de pêche perdus. Ils ont pu récupérer 101 casiers à crabe des neiges perdus et plus de neuf kilomètres de corde abandonnée.

En outre, vendredi, Transports Canada a imposé des amendes de 7800 $ chacune à deux navires, le «Americaborg », un porte-conteneurs des Pays-Bas, et le «Atlantic Spirit», un vraquier enregistré à Hong Kong, qui n’ont pas respecté la limite de vitesse temporaire établie dans le golfe du Saint-Laurent où les baleines sont exposées aux activités maritimes.

«La baleine noire de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition, devrait pouvoir nager sans risque dans les eaux canadiennes», a indiqué Transports Canada, vendredi.

Source : tvanouvelles.ca, le 28.07.19
Photo : NOAA photo library – commons.wikimedia.org

Bretagne, Lannion. Un dauphin blessé s’échoue à Beg Léguer
Canada - Des passagers d’un bateau d’observation libèrent une baleine à bosse d'une ligne de pêche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *