Pourquoi les mamans baleines franches chuchotent avec leurs petits ?

Il se passe bien des choses dans le monde marin qu’au final on ne connait encore que très peu. Dans ce milieu incroyable évoluent également les cétacés qui sont parmi les plus intelligents du règne animal, preuve en est ces mamans baleines qui adaptent leur langage à leurs petits.

Pouvant mesurer jusqu’à 18 mètres de long et pesant en moyenne 49 tonnes, la baleine franche est un beau poids lourd de nos océans. Aussi immense que fragile…

Si sa population mondiale est estimée entre 3.000 et 4.000 individus et que ses principaux ennemis sont donc la pêche et les bateaux de grande taille, la baleine franche adulte n’a cependant pas d’autres prédateurs capables de l’inquiéter… Quand elle est adulte !

Pourquoi les baleines franches chuchotent à l’oreille de leurs enfants ?

Mais les jeunes baleineaux sont eux, bien plus sous pression, notamment du fait de la prédation. Si la mère baleine franche ne peut pas faire grande chose contre des filets dérivants, des harpons ou des navires de croisière surdimensionnés, elle peut cependant déployer des trésors d’adaptabilité pour protéger son petit.

On baisse d’un ton pour plus de discrétion !

Dans la communication habituelle des baleines franches entre elles, plusieurs types de sons. Le fameux chant des baleines et un autre son appelé « Up call », qui dure jusqu’à deux secondes et qui peut parcourir de très longues distances.

Les scientifiques ont ainsi pu se rendre compte que ce son n’est plus utilisé par les jeunes mamans baleines franches qui basculent en réalité sur une communication avec leur seul petit. Les sons qu’elles utilisent alors pour communiquer avec le baleineau équivalent, dans le changement de puissance, a un réel chuchotement(1).

De cette manière les prédateurs de baleineaux comme les orques ou les grands requins à l’affût d’un petit égaré, ont beaucoup plus de mal à repérer ces couples mère-enfant, donnant un peu plus de chance de survie au jeune cétacé.

Prises de pêche et collisions avec d’énormes bateaux sont les premières causes de mortalité due à l’Homme.

Charge à nous de protéger cette espèce efficacement pour continuer à en apprendre sur elle !

Références :

(1) Acoustic Crypsis in Communication by North Atlantic Right Whales Mother-Calf Pairs on the Calving Grounds, by Susan Parks, Dana Cusano, Sofie Van Parijs and Douglas Nowacek. Biology Letters,Oct. 9, 2019.

Source : consoglobe.com, le 31.10.19
Photo : NOAA Photo Library – commons.wikimedia.org

 

Colombie-Britannique ~ Des drones précieux pour l’observation des orques
L'orque, un prédateur dangereux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *