Pourquoi certains bélugas ont-ils les nageoires pectorales retroussées ?

Cette question provient de Marie-Hélène D’Arcy, technicienne spécialiste de la photo-identification des bélugas au Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

Sur une photo aérienne, prise par un drone de recherche, un béluga aux nageoires pectorales recourbées vers le haut capte son attention. Elle n’avait jamais remarqué ce type de déformation auparavant. Au bureau du GREMM, plusieurs se regroupent derrière son écran d’ordinateur, aussi surpris qu’elle de cette observation.

« Est-ce une technique de nage ? Est-ce que tous les bélugas ont les nageoires qui plient ? », se questionne-t-elle. Peut-être ne l’avait-elle tout simplement jamais remarqué, puisqu’elle travaille généralement avec des photos des flancs des bélugas, qui ne montrent que très rarement les nageoires pectorales ?

Des réponses auprès des carcasses

La courbure des nageoires de certains bélugas du fleuve Saint-Laurent aurait été rapportée pour la première fois en 1943, par le biologiste Vadim D. Vladykov. En étudiant des carcasses, il constate chez plusieurs individus un retroussement des nageoires pectorales. La déformation, qui s’accentuerait avec l’âge, serait plus prononcée et plus fréquente chez les mâles.

La photo aérienne donne l’impression que les nageoires sont souples et ondulent par le mouvement de l’eau. En réalité, elles sont trop rigides pour cela. À l’intérieur des nageoires d’un béluga se trouvent des os qui ressemblent beaucoup à ceux de nos mains humaines. Mais les phalanges de leurs cinq « doigts » ne sont plus articulées et ne permettraient donc aucun mouvement. Stéphane Lair, vétérinaire responsable des nécropsies de béluga, observe régulièrement ce phénomène et confirme que les nageoires sont figées dans cette position et « qu’elles ne peuvent pas vraiment être dépliées ». D’ailleurs, Vadim D. Vladykov explique que les chasseurs de bélugas utilisaient la courbure des nageoires des vieux mâles comme une poignée pour sortir les carcasses de l’eau plus facilement.

À quoi ça sert ?

À part à faciliter autrefois le travail des chasseurs de bélugas, à quoi peuvent bien servir ces nageoires recourbées ? Y a-t-il un avantage ou un désavantage à avoir ce trait ? L’étude de Vadim D. Vladykov n’apporte pas de réponses. Et le phénomène ne semble pas avoir été étudié plus récemment. Selon Stéphane Lair et Bill Van Bonn, vice-président de la santé animale à l’Aquarium Shedd, la courbure des nageoires ne dérangerait pas les animaux dans leur nage. Ainsi, ils ne récoltent pas de données sur cette déformation, qui est considérée comme non pathologique. Pour Stéphane Lair, il s’agirait d’un « changement gériatrique », c’est-à-dire lié au vieillissement, qui pourrait peut-être s’expliquer par la pression constante de l’eau sur les nageoires. Peut-être peut-on comparer les nageoires frisées des vieux bélugas aux rides ou à la calvitie des humains, deux phénomènes associés au vieillissement ?

Des déformations des nageoires sont observées chez plusieurs autres espèces de cétacés. Par exemple, les narvals, de proches cousins des bélugas, présentent aussi des nageoires pectorales et une nageoire caudale retroussées à l’âge adulte. Au contraire, certains épaulards âgés ont une nageoire caudale dont les bords sont recourbés vers le bas.

Source : Baleines en direct – Publié le 11.11.2019
Photo de une : The White Whale Programme 

 

Comment la fonte des glaces expose les mammifères marins à un virus mortel
Vidéo : Ces dauphins éjectent des poissons hors de l'eau pour les assommer et s'en nourrir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *