Coronavirus : avec le confinement, la biodiversité marine reprend ses droits dans le parc national des Calanques

Alors que les Marseillais étaient invités à rester chez eux ce week-end, fous de Bassan, hérons cendrés, dauphins en ont profité pour sortir au cœur du parc national des Calanques. C’est le constat inattendu dressé par les agents du parc chargés de veiller au respect des consignes de confinement.

Il n’y a pas que pour combattre le coronavirus que le confinement a du bon. A Venise, les eaux n’avaient jamais été aussi claires et celles du parc national des Calanques n’avaient pas montré « autant de vie » depuis longtemps.

Des puffins, des fous de Bassan, un héron cendré de passage, des dauphins, des thons… les agents du parc en patrouille en mer ont noté une densité et une fréquence d’animaux inhabituelles dans les zones interdites à la pêche. Un spectacle exceptionnel.

« On a pu voir beaucoup d’animaux qu’on peut voir habituellement sauf qu’on en a vus beaucoup et de nombreuses fois dans la journée », explique un agent du parc. « C’est particulièrement vrai pour les oiseaux marins, qu’on voit se poser à des endroits où ils ne vont pas forcément d’habitude. »

Des patrouilles quotidiennes

« Ce n’est pas scientifique, c’est plus un ressenti », ajoute l’agent. On pense qu’il y a un effet mécanique, il y a moins de monde, moins de bateaux donc forcément, les animaux sortent de manière plus facile. Et l’observation se fait plus facilement notamment pour les thons ».

Depuis la mise en place du confinement les bateaux de loisirs n’ont plus le droit de circuler. Seuls les pêcheurs professionnels y sont encore autorisés.

Les agents du parc poursuivent leurs patrouilles quotidiennement et ils constatent que le confinement est enfin respecté.

« Les deux premiers jours du confinement, on a pu voir quelques individus qui n’avaient pas vu l’information ou qui étaient là un peu de mauvaise foi ».

Les contrevenants ont été appelés à rentrer au port.

« Dimanche, il n’y avait personne », note encore l’agent du parc. « C’est la même chose sur les plages, samedi il y avait encore 5 ou 6 personnes et dimanche, plus un chat ».

Quant à savoir si le confinement peut avoir un effet à long terme sur la biodiversité marine, c’est difficile, selon le parc des Calanques qui a partagé ces belles photos avec les internautes qui se réjouissent que la vie continue.

Dans le parc national des Calanques, la vie continue avec les restrictions, au moins jusqu’au 31 mars.

L’accès et la tenue d’activités sportives, de loisir et de tourisme sont interdits dans les Calanques, même chose pour toutes les activités de plaisance, de tourisme ou de loisirs nautiques en mer Méditerranée.

Et l’accès aux plages de Méditerranée est lui aussi interdit aux humains. Pour le plus grand bonheur des animaux.

Source : France 3 Régions – Publié le 23.03.2020
Photo de une : Parc des Calanques

 

Ile de la Réunion ~ Confinement : des dauphins s'aventurent dans l'avant-port
Charente-Maritime ~ Un phoque entre les tours de La Rochelle, un autre dans l’herbe de l’île de Ré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *