« Chez les mammifères sauvages aussi, les femelles vivent plus longtemps »

Interview publiée le 23.03.2020 sur 20 Minutes.fr

Une étude publiée ce lundi dans la revue scientifique « Pnas » s’est intéressée à la longévité de 134 populations de mammifères sauvages. Dans 60 % des cas, les femelles vivent plus longtemps que les mâles. Mais pourquoi ? Interview du chercheur Jean-François Lemaître.

  • Des chauves-souris aux lions, en passant par les orques. Une équipe menée par Jean-François Lemaître, chercheur CNRS en biologie évolutive, a compilé les données démographiques de 134 populations de mammifères sauvages, issus de 110 espèces.
  • Comme chez les humains, le constat est manifeste : les femelles vivent plus longtemps que les mâles. Leur longévité est en moyenne supérieure de 18,6 % à celle des mâles, quand elle n’est « que » de 7,8 % chez les humains.
  • Aux causes biologiques et comportementales, Jean-François Lemaître ajoute aussi le facteur environnemental. Le chercheur répond à 20 Minutes.

L’espérance de vie à la naissance atteint 79,8 ans pour les hommes et 85,7 ans pour les femmes en 2019 en France métropolitaine, selon l’Insee. Ce qui vaut pour la France vaut pour la très grande majorité des pays : l’espérance de vie des femmes est plus importante que celle des hommes.

Pourquoi ? La science tâtonne, rappelait Slate dans un article de février 2019. Les causes seraient en partie biologiques – la testostérone pourrait altérer la vie de l’homme d’un point de vue médical – et en partie comportementales (en moyenne, les hommes boivent plus, fument plus, ont plus de comportements à risques…).

Et qu’en est-il chez les autres mammifères ? C’est la question que se sont posé une quinzaine de chercheurs, dont Jean-François Lemaître, chercheur CNRS au Laboratoire de biométrie et biologie évolutive, dans une étude qui paraît ce lundi dans la revue scientifique Pnas (Proceedings of the National Academy of Sciences). Jean-François Lemaître, chercheur au laboratoire biométrie et biologie évolutive, répond à nos questions.

Retrouvez l’interview complète sur le site de 20 minutes

Photo de une : Pixabay

 

Le souffle d'une baleine analysé grâce à un drone
En Alaska, l’Intelligence Artificielle au secours des phoques et des bélugas en voie de disparition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *