Islande ~ Deux bélugas captifs depuis 11 ans en Chine retrouvent enfin la liberté

Deux bélugas retenus captifs en Chine depuis près de 11 ans ont intégré leur nouveau sanctuaire, au large des côtes islandaises. Ici, ils pourront jouir d’une semi-liberté et profiter des grands espaces.

Ces deux bélugas, nommés Little White et Little Grey, avaient été capturés dans les eaux arctiques de la côte nord de la Russie alors qu’ils avaient environ un an. Depuis, ils vivaient dans la piscine intérieure d’un aquarium de Shanghai (Changfeng Ocean World). Aujourd’hui âgées de 12 ans, les deux baleines vont pouvoir profiter d’un tout nouvel environnement. Elles viennent en effet d’intégrer un sanctuaire de 32 000 mètres carrés récemment créé dans la baie de Klettsvik, sur l’île d’Heimaey, à environ 10 minutes en bateau des côtes islandaises.

Un (très) long voyage

Les transporter jusqu’ici n’a pas été une mince affaire. Les opérations ont eu lieu l’année dernière.

Les deux animaux ont d’abord intégré un réservoir de transport spécialement construit pour l’occasion. Les contenants ont ensuite été soulevés par une grue avant d’être placés sur deux camions à Shanghai. Les deux cétacés ont ensuite été transférés dans un avion cargo qui les a transportés vers l’aéroport islandais de Keflavik. De là, ils ont été acheminés par camion vers les côtes, où un ferry les attendait pour les emmener vers l’île d’Heimaey.

Après leur voyage de 30 heures par voie terrestre, aérienne et maritime, les deux jeunes bélugas ont ensuite été placés dans une petite partie du sanctuaire, « le temps pour eux de s’acclimater à leur nouvel environnement », explique Audrey Padgett. Directrice générale du Sea Life Trust’s Beluga Whale Sanctuary, c’est elle qui est à l’origine du rapatriement des deux « baleines blanches ».

Aujourd’hui, des barrières sous-marines permettent aux deux bélugas d’explorer d’autres parties du sanctuaire. À terme, évidemment, il s’agira de les laisser explorer l’ensemble de leur nouvel environnement. Tout au long de leur séjour (les bélugas peuvent vivre jusqu’à 40 ans environ), les deux compères seront nourris par l’association.

Jusqu’à présent, en tout cas, les deux semblent satisfaits de leur maison.

« C’est la première fois en plus de 10 ans que Little Grey et Little White font l’expérience de la mer », se réjouit Audrey Padgett.

Encore 300 bélugas en captivité dans le monde

Si le sanctuaire de la baie de Klettsvik a de la place pour encore 10 bélugas, pour l’heure, il n’est pas question d’en ajouter d’autres.

« Nous nous concentrons toujours fermement sur Little White et Little Grey, à les faire sortir dans le plus grand espace du sanctuaire, poursuit-elle. Quand [ils] seront pleinement acclimatés, nous pourrons alors discuter des futurs bélugas qui pourraient venir les rejoindre ».

Environ 300 bélugas sont gardés en captivité dans le monde, rappelle Audrey Padgett.

« La plupart d’entre eux ont été élevés en captivité et ne pourraient pas survivre seuls en pleine mer. Selon nous, un sanctuaire avec des soins humains 24 heures sur 24 reste leur meilleur pari ». 

Source : Science Post – Publié le 11.08.2020
Photo de une : WDC

h

Protocole de remise en liberté des dauphins captifs ~ Par Richard O'Barry, Dolphin Project
États-Unis ~ Le juge valide le versement par SeaWorld de 65 millions de dollars aux investisseurs dans "l’affaire Blackfish"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *