Des orques attaquent-elles vraiment des bateaux dans l’océan Atlantique ?

Ces six derniers mois, une quarantaine d’incidents impliquant des orques ont été signalés au large des côtes espagnoles et portugaises.

Ces six derniers mois, un phénomène étrange a été observé au large des côtes espagnoles et portugaises : au moins une quarantaine d’incidents impliquant des orques qui attaqueraient des bateaux ont été signalés. En parallèle des gros titres dans la presse décrivant des attaques orchestrées par des animaux marins agressifs, une enquête scientifique est menée pour tenter de comprendre ce qui pousse ces mammifères à agir de la sorte.

En octobre dernier, David Smith, capitaine de bateau, livrait un catamaran de la France vers Gibraltar. Tandis qu’il se trouvait à plus de trente kilomètres de Porto, un groupe d’orques s’est approché de son navire et a commencé à se cogner contre celui-ci. Les chocs successifs entre les animaux et le bateau ont produit des bruits assourdissants. Au bout de deux heures, tout est redevenu silencieux, les orques étaient parties. Des dizaines d’incidents similaires se sont produits dans les environs entre juillet et octobre 2020.

Apercevoir des orques dans cette région n’est pas rare. Depuis des millénaires, elles y poursuivent leur proie préférée, le thon rouge qui rejoint les eaux chaudes de la mer Méditerranée. À ce jour, une soixantaine d’orques vivent dans cette région. Elles font partie de la liste des animaux menacés d’extinction.

En apprenant les incidents, Dr. Ruth Esteban, scientifique spécialisée dans l’étude de cette population d’orques, était étonnée.

« Ces orques ont toujours été curieuses face aux bateaux, et les approchaient souvent. Mais qu’elles les touchent et les abîment ? Je pensais simplement que les gens avaient peur et interprétaient mal ce qu’il se passait », explique-t-elle.

En s’intéressant aux incidents, une équipe de scientifiques a finalement découvert que trois jeunes mâles étaient impliqués dans la plupart des faits. Après avoir révélé que l’une des orques avait une blessure sur sa tête, les médias ont commencé à parler d’actes de vengeance. Ruth Esteban reste toutefois sceptique, puisqu’il est impossible de savoir si la blessure précède ou non le premier incident.

De jeunes orques joueurs

Les scientifiques s’accordent sur un point: en se cognant contre les bateaux, les orques jouent. « Elles semblent toujours se diriger vers le gouvernail. Je pense que c’est parce que c’est une partie mobile du bateau », explique l’experte. Selon elle, réussir à bouger un si gros bateau grâce à leur force pourrait impressionner et amuser les animaux. Renaud de Stephanis, directeur du CIRCE (Conservation, information et recherche sur les cétacés), le confirme: les vidéos ne montrent pas des orques agressives qui chassent, mais des animaux puissants qui jouent. Par ailleurs, à ce jour aucun cas d’individus tués par des orques à l’état sauvage n’a jamais été rapporté.

Face aux divers incidents, l’équipe de scientifiques ne souhaite pas parler d’attaques mais d’interactions. En effet, les spécialistes craignent que décrire les orques comme des prédateurs dangereux puisse mener à la persécution de cette espèce en danger.

Source : Slate – Publié le 17.11.2020
Photo de une : Pixinio

h

Décapités, lettres gravées au couteau : la découverte de dauphins mutilés indigne l'Espagne, la Guardia Civil ouvre une enquête

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *