Colombie-Britannique, Canada ~ Orques résidentes du sud : photos de nouveau-nés nageant aux côtés de leur mère

Cette semaine, au large des côtes de Victoria, en Colombie-Britannique, des chercheurs ont pris de nouvelles photos de deux nouveau-nés parmi les orques.

L’organisation Center for Whale Research a déclaré que les images ont été prises lundi dernier. Les deux orques repérées ont été ajoutées au pod J : J57 et J58.

«Mark a croisé J19 qui filait au nord en direction de Victoria (48 18.9/123 26.2). Il a alors aperçu un groupe, composé de femelles et de jeunes, et a rapidement confirmé que les deux nouveau-nés, J57 et J58, accompagnaient leurs mères respectives, J35 et J41, ainsi que J51».

Voir plus de photos du Center for Whale Research ici.

 

En septembre dernier, l’organisation Center for Whale Research a confirmé qu’un autre bébé était né au sein d’un groupe d’orques résidentes du sud, en voie d’extinction, fréquentant le détroit de Puget.

Selon le directeur Ken Balcomb, qui a confirmé la naissance à Q13 News, il s’agissait du deuxième bébé du mois au sein du pod J.

L’orque J35, également connue sous le nom de Tahlequah, a donné naissance à un petit mâle le 4 septembre dernier. Tahlequah avait suscité l’inquiétude du monde entier en 2018, alors que son nouveau-né avait succombé et qu’elle l’avait porté 17 jours durant sur une distance de plus de 1600 kilomètres.

Les pods J, K et L sont maintenant composés de 74 orques résidentes du sud. Les menaces à leur survie comprennent le bruit des bateaux et le traffic maritime, la pollution, et le manque de nourriture, en particulier de saumon quinnat*.

Selon un communiqué de la Pacific Whale Watch Association, Talia Goodyear et Leah Vanderwiel, naturalistes professionnelles, ainsi que des clients à bord du navire Orca Spirit Adventures Pacific Explorer, ont assisté à la naissance du nouveau bébé.

La deuxième naissance en quelques semaines au sein du pod J constitue «certainement une raison de se réjouir», a déclaré Deborah Giles, biologiste au Center for Conservation Biology de l’Université de Washington. Elle mène des recherches sur les excréments des orques, qui contiennent des informations clés sur leur santé.  «C’est exactement ce dont nous avons besoin en 2020.»

Ces orques en voie de disparition, qui retournent chaque été dans les eaux intérieures de l’État de Washington, sont génétiquement distinctes des autres populations d’orques du monde. Elles mangent principalement du saumon, plutôt que des phoques ou autres mammifères marins.

Cependant, cette année, les visites des pods d’orques résidentes du sud dans le détroit de Puget ont été rares.

Les orques locales luttent pour leur survie non seulement face au manque de saumon quinnat, leur proie préférée, mais aussi face à la contamination toxique et au bruit des navires.

The Associated Press a contribué à ce rapport.

Traduction par Camille Le Boité pour Réseau-Cétacés d’un article, publié le 26 Novembre 2020, sur le site du média Q13 FOX.
*Note de Réseau Cétacés : le saumon quinnat est aussi appelé saumon chinook ou saumon royal.

 

Etats-Unis ~ Devant la statue de la Liberté, la danse inattendue d’une baleine à bosse
Quel est ce mystérieux aileron qui se balade près des rives du Cotentin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *