Comment les filets de pêche et les scanners intelligents pourraient aider à maintenir la vie marine dans l’océan

La pêche commerciale draine nos océans de vie. Les chalutiers capturent du poisson plus rapidement que les stocks ne peuvent se reconstituer, tandis que les dauphins et les tortues sont également pris au piège dans leurs énormes filets.

Plus d’un tiers des stocks halieutiques mondiaux ont été classés comme surexploités en 2017, et si le problème est le plus aigu dans les pays en développement, l’Union européenne espère que l’investissement dans la technologie pourra aider à résoudre un problème dans ses eaux.

Elle finance un projet appelé SmartFish H2020, dirigé par la société norvégienne SINTEF Ocean, qui s’associe à des entreprises de pêche, des fournisseurs de technologie et des universités pour concevoir des équipements afin de réduire l’impact de l’industrie sur la vie marine.

Parmi les innovations testées, il y a un nouveau type de filet de chalutage appelé SmartGear. Il émet des sons et utilise des lumières LED de différentes couleurs et intensités pour attirer uniquement les espèces cibles vers le filet, encourageant les autres poissons à nager.

«Nous voulons faciliter la vie des pêcheurs», a déclaré à CNN Business Rachel Tiller, chercheuse principale à SINTEF Ocean. «Le problème est que nous n’avons pas de données. Nous ne savons pas combien de poissons se trouvent dans l’océan et nous devons trouver ces informations.»

SINTEF tente de combler cet écart en utilisant des lasers pour scanner le poisson tiré à bord d’un navire. Une autre technologie à l’essai est CatchScanner. Il produit une image couleur 3D du poisson, qui est analysée à l’aide de l’IA pour estimer le poids et identifier l’espèce.

CatchScanner pourrait également aider à lutter contre la violation des règles; certains navires de pêche capturent plus de poissons que ne le permettent les quotas de l’UE, ainsi que des poissons de taille et d’espèce inappropriées. CatchScanner pourrait empêcher cela en collectant automatiquement les informations sur les captures dans une base de données et en les mettant à disposition des autorités telles que les agences nationales de garde-côtes.

Photo : moritz320. Source : Pixabay

En Europe, l’industrie de la pêche emploie environ 75 000 personnes. Avec l’augmentation de la demande de fruits de mer et la pression croissante sur la vie marine, le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche 2014-2020 a réservé 6,4 milliards d’euros (7,6 milliards de dollars) pour des projets comme SmartFish, pour moderniser la pêche, surveiller les quotas, collecter des données sur les espèces commerciales et créer emplois durables.

« Notre idée est de numériser entièrement tout au long de la chaîne d’approvisionnement », déclare Vivian Loonela, porte-parole de la Commission européenne pour les affaires maritimes et la pêche. Elle affirme que des développements tels que SmartFish pourraient aider. « Nous avons besoin de technologies intelligentes et nous exploitons le potentiel de l’IA et des machines d’apprentissage. »

L’Union européenne ne peut pas obliger les États membres à adopter les innovations SmartFish, et leur succès dépendra de la demande du marché. Cependant, Tiller dit que de nombreuses entreprises de pêche à travers l’Europe ont manifesté leur intérêt. «Certaines de ces technologies peuvent être très coûteuses à installer à bord des bateaux de pêche», dit-elle. « Donc, pour que les pêcheurs veuillent les avoir à bord, ils doivent voir les avantages. »

Le pêcheur Aitor Larrañaga testera prochainement le chalut SmartGear au large des côtes espagnoles, avec sa société Larrasmendi Bi.

Il est enthousiasmé par les technologies intelligentes et pense que l’industrie de la pêche doit innover pour devenir plus durable. « Le monde évolue », dit-il.  « Nous ne pouvons pas travailler comme nous le faisions il y a 200 ans. »

Les téchnologies SmartFish H2020. Source : http://smartfishh2020.eu/technologies/

Source : News 24 – Publié le 31.01.2021

.

«Le meilleur des océans» : une reconstruction durable grâce à la connaissance de l’océan
Le « Manta », premier bateau nettoyeur des mers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *