Corse : Tony Viacara, l’homme qui murmure à l’oreille des cétacés

De sa passion il en a fait un métier. Tombé dans les eaux du Vieux-Port de Bastia quand il était tout petit, Tony Viacara a presque vécu plus de temps dans l’eau que sur la terre ferme.

Enfant d’une famille de pêcheurs, le petit Tony a toujours vécu avec la mer et dans la mer. Du tuba, il passe un jour aux bouteilles, découvrant les merveilles des fonds sous-marins lors d’un baptême de plongée offert par sa femme. «Une révélation» confie t-il. Enthousiaste, en une année seulement notre bastiais passe 3 niveaux de diplôme ! Son niveau 4 dans la combi, il devient instructeur, puis «Classe B1 scaphandrier». Il est aujourd’hui un professionnel reconnu dans le monde entier pour ses découvertes d’épaves sous-marines et ses fabuleuses photos des fonds marins.

 

«On estime aujourd’hui à plus d’un millier d’épaves qui gisent autour de la Corse, mais seules 200 environ sont recensées. Autour de l’île on trouve aussi bien des épaves de la 1ère guerre mondiale que de la seconde, de l’époque romaine ou archéologique». Ses plongées sont aussi l’occasion de faire de belles rencontres. «Les côtes corses renferment toutes sortes d’espèces vivantes comme des requins blancs, des cachalots ou des dauphins». Tony Viacara parcourt aussi le monde à la demande de magazines, de boites de production ou de chaînes de télévision. «Lors d’une plongée en arctique, une orque s’est approchée à 50 cm de mon visage. J’ai vécu un moment très intense, une interaction comme jamais. Un moment inoubliable». De belles rencontres mais aussi des frayeurs «En plongée en Egypte, un requin s’est approché de nous. On a vite compris que sa visite n’était pas vraiment amicale et on a écourté la plongée d’autant qu’un accident avait eu lieu quelques semaines plus tôt dans ce secteur avec des requins belliqueux».

Si la crise sanitaire le permet, notre plongeur devrait rejoindre dans quelques semaines l’Indonésie pour un reportage photos sur les mammifères marins de cette partie du monde encore à l’abri des touristes. «La mer de Célèbes recèlent des espèces encore peu photographiées. C’est un grand privilège de pouvoir y aller».

Parallèlement, Tony Viacara est membre bénévole de la SNSM  Bastia. Une tradition dans la famille. «A la mort de mon père qui y était bénévole, j’ai voulu prendre le relais, l’engagement était tout naturel pour moi».

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/tony.viacara

Source : Corse Net Infos – Publié le 07.02.2021
Photo de une et galerie : Tony Viacara
.
Des dauphins aperçus au large de Toulon
A Mayotte, les mammifères marins aussi ont besoin de distanciation physique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *