Pourquoi connaissons-nous mieux l’espace que les océans ?

« Pourquoi sommes-nous capables d’aller loin dans l’espace et non dans les profondeurs de l’océan ? », nous demande Priscillia Beurrier sur notre page Facebook. Merci à tous pour votre participation à notre « question de la semaine ».

La majeure partie des fonds marins cartographiée… mais à faible résolution

Cinquante ans après que le sol lunaire a été foulé par l’Homme, l’exploration des grands fonds marins en est, elle, toujours à ses débuts. Seules cinq personnes (Jacques Piccard, Don Walsh, James Cameron, Victor Vescovo et Kathryn Sullivan) ont plongé dans l’endroit le plus profond de la planète, la fameuse fosse des Mariannes (10.971 mètres) – rappelons qu’en comparaison, 12 hommes sont allés sur la Lune.

Ainsi, paradoxalement, nous avons une idée moins précise de ce à quoi ressemblent les profondeurs océaniques que certaines planètes situées à des millions de kilomètres, comme Mars, Vénus et Mercure ! Même du simple point de vue de la cartographie, le fond des océans est largement méconnu : seulement 20 % des fonds océaniques sont cartographiés avec une résolution de l’ordre du kilomètre. Techniquement, la majeure partie des fonds marins a déjà été cartographiée, mais à une résolution faible (5 kilomètres maximum), ce qui fait qu’elle ne peut nous offrir qu’une vue approximative des failles et des montagnes sous-marines. Alors que – pour continuer la comparaison avec le domaine spatial – les cartes martiennes de la Nasa, elles, ont une résolution d’environ 20 mètres.

Schéma en coupe des fonds marins abyssaux

Situées de -6000 à -11.000 mètres, les zones hadales restent à découvrir. Crédit : Bruno Bourgeois.

Les freins à notre exploration du monde sous-marin

Quels sont les freins à notre exploration du monde sous-marin ? Contrairement à la Lune ou Mars, on ne peut pas cartographier les fonds marins par radar, car l’eau de mer a tendance à perturber les ondes radio en provenance d’un satellite, explique Jon Copley, biologiste américain et spécialiste de l’étude des fonds marins, dans The Conversation. Afin de prendre des images à haute résolution, les experts doivent déployer plusieurs techniques de sonar sophistiqués (véhicules sous-marins…), pour cartographier largement à une résolution meilleure que 5 kilomètres.

Autre frein, et non des moindres : la pression dans les abysses est plus de 1.000 fois supérieure à celle de l’atmosphère. Ce qui veut dire qu’il faut des matériaux et une électronique capable de résister à la pression phénoménale des grands fonds. Ils doivent aussi survivre au milieu corrosif et à la géologie instable qui règnent à ces profondeurs.

Le 10 novembre 2020, la Chine a réussi un exploit, en envoyant le submersible Fendouzhe (qui signifie « combattant »), à 10.909 mètres au fond de la Fosse des Mariannes et en assurant la première retransmission en direct depuis les profondeurs de l’océan ! Les images prises par les caméras du submersible ont été diffusées sur la chaîne publique chinoise CCTV (voir vidéo ci-dessous).

Source : Science et Avenir – Publié le 26.02.2021
Photo de Une : Rudy and Peter Skitterians de Pixabay
.
De nouveaux indices expliquent pourquoi les cétacés résistent mieux au cancer
Ils étudient la croûte océanique en écoutant le chant de certains cétacés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *