Extrait : Portraits de cinq femmes injustement oubliées par l’histoire de la tech

Trop souvent oubliées, de nombreuses femmes ont pourtant énormément contribué à l’essor de l’informatique et à ses grandes avancées. 

 

Kathleen Booth (née Britten) naquit en 1922 dans la région de Worcestershire en Angleterre. Si elle n’eut pas la chance d’être incarnée par une star du cinéma comme sa contemporaine Joan Clarke, son travail sur le langage assembleur et les ordinateurs ARC lui valent d’être reconnue aujourd’hui comme une pionnière de l’informatique.

Accompagnée d’une équipe de l’université de Birbeck (Londres), elle s’occupa de programmer trois machines qui préparèrent le terrain pour l’ordinateur d’aujourd’hui. Elle travailla également sur l’aspect matériel des machines avec son époux. Elle est considérée comme l’autrice du premier langage assembleur.

Elle publia en 1958 un livre sur la programmation, chose extrêmement rare pour une femme à cette époque. En 1993, âgée de 71 ans, elle publiait encore un article scientifique qui se proposait d’utiliser des réseaux neuronaux pour identifier les mammifères marins. Femme de science, donc de progrès, elle ne cessa jamais d’imaginer, d’accompagner et de commenter les évolutions clés du monde des technologies.

Source : Les Numériques – Publié le 08.03.2021
Photo de Une : Kathleen Booth (à gauche) travaillant sur le projet ARC en 1946.
Crédit : Birbeck University of London

.

 

Grand dauphin : La "Communauté de Tiputa" étudiée
Les ours polaires et les narvals s’épuisent plus vite à cause de la fonte des glaces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *