La Thaïlande marque la Journée mondiale des océans en exhortant les Thaïlandais à préserver la vie marine

La Thaïlande marque la Journée mondiale des océans ce 8 juin en présentant l’incroyable diversité de la vie dans les mers thaïlandaises tout en appelant tout le monde à la protéger pour les générations futures.

Varawut Silpa-archa, ministre des Ressources naturelles et de l’Environnement, a déclaré qu’il y avait des limites à la capacité du gouvernement à protéger seul l’écosystème marin, mais a ajouté que les défis pourraient être surmontés avec l’aide et la coopération du peuple thaïlandais.

Thon Thamrongnawasawat, spécialiste renommé des questions marines à l’Université Kasetsart, a déclaré que la gestion des ressources marines de la Thaïlande était relativement stable, notamment en ce qui concerne la conservation et les soins des mammifères marins.

Cependant, de nombreux problèmes de conservation nécessitent une attention urgente et exigent la coopération du gouvernement, du peuple thaïlandais et des communautés si l’on veut atteindre la durabilité, a-t-il ajouté.

Il a expliqué que les mers thaïlandaises abritent plus de 28 espèces de mammifères marins, divisées en deux groupes.

Le premier groupe est constitué de mammifères qui vivent près des côtes et sont souvent observés.

Ce groupe comprend sept espèces : les dugongs, les baleines de Bryde, les rorquals d’Omura, les dauphins d’Irrawaddy, les marsouins aptères, les dauphins à bosse de l’Indo-Pacifique et les grands dauphins.

La vie marine reprend ses droits en Thaïlande

Dugong observé en Thaïlande

Le second groupe vit en haute mer et comprend les baleines bleues, les cachalots, les globicéphales noirs, les dauphins de Fraser, les dauphins à long bec et les dauphins communs à long bec.

Le ministre Varawut Silpa-archa a déclaré que les océans sont la ressource naturelle la plus difficile à gérer car ils sont à la fois un moteur économique et un élément clé du maintien de l’équilibre de l’écosystème.

Il a souligné que les activités humaines destructrices perturbent cet équilibre naturel délicat.

M. Varawut a ajouté que, lors de ses visites dans les zones marines, il avait observé que les habitants s’impliquaient de plus en plus dans la conservation, car ils se sentent responsables de la préservation des ressources marines pour les générations qui leur succéderont.

Le ministre a chargé son conseiller, Yutthaphon Ankinandana, et le secrétaire permanent du ministère, Jatuporn Buruspat, d’accélérer l’effort de gestion des ressources marines en collaboration avec les agences gouvernementales locales, les entreprises et la population locale.

Ces efforts sont supervisés par le vice-premier ministre Prawit Wongsuwan, en sa qualité de président du comité d’orientation et de planification pour la gestion des ressources marines et côtières.

« Sauver les océans pour préserver les moyens de subsistance » est le slogan de la Thaïlande pour la Journée mondiale des océans, choisi parmi les participants au concours.

Il fait écho au thème des Nations Unies cette année : « L’océan : Vie et moyens de subsistance », le thème fixé par les Nations Unies.

Le département des ressources marines et côtières présente dans une vidéo les succès de la conservation marine obtenus par les Thaïlandais et les « Marine Rangers » bénévoles.

Un universitaire exhorte les Thaïlandais à cesser de récolter l’anémone de Haddon

L’universitaire spécialiste de l’environnement Thon Thamrongnawasawat a exhorté les Thaïlandais à cesser de récolter l’anémone de mer de Haddon, qui constitue l’habitat de plusieurs espèces, dont le poisson-clown.

L’anémone de mer de Haddon est un mets délicat populaire dans le Sud, où elle est connue sous le nom de Hed Loop.

S’exprimant lundi, un jour avant la Journée mondiale des océans, M. Thon a demandé aux habitants de cesser de consommer cette anémone, qui attire également les touristes et les plongeurs.

Il a ajouté que cette espèce marine est incapable de se reproduire dans des fermes, et que celles qui vivent dans la mer sont donc importantes et devraient faire l’objet de recherches plus poussées.

L’anémone de mer de Haddon est classée parmi les espèces protégées en Thaïlande, au même titre que le corail, les gorgoniidés et le tridacna.

Anémone de Haddon

Anémone de Haddon

Cependant, Thon a déclaré que les habitants des îles de Koh Samui et Koh Phangan dans la province de Surat Thani consomment cette anémone depuis de nombreuses années.

« Manger du Hed Loop à l’échelle locale n’est pas un problème, mais à l’échelle commerciale, c’est inquiétant », a-t-il déclaré, ajoutant que la demande croissante de l’anémone avait conduit au braconnage de l’espèce.

« Les poissons-clowns ne peuvent pas vivre sans leur maison. Et l’anémone n’est pas un aliment principal pour les êtres humains. La Thaïlande ne souffre pas actuellement de famine alors que nous n’aurions d’autre choix que de consommer cette créature marine. Selon la loi, l’anémone est une espèce protégée comme la panthère, ce qui signifie que les gens ont l’interdiction de la chasser, de la vendre ou de la manger », a-t-il déclaré.

Source : ToutelaThailande – Publié le 08.06.2021
Vidéo de Une : YouTube
.
5 documentaires disponibles en streaming pour plonger dans la Journée mondiale de l’océan
Journée mondiale de l’océan - Comment le patrimoine mondial marin renforce la résilience de l'homme et de la nature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *