Bonne nouvelle : la ville de Mexico dit Adios aux spectacles de cétacés !

C’est une nouvelle victoire pour les dauphins : le congrès de la ville de Mexico vient de décider la fin de leur exploitation commerciale. Hier, l’Assemblée législative de la Ville de Mexico a prohibé l’utilisation des dauphins dans le cadre de représentations publiques, de programmes thérapeutiques, de recherches scientifiques, de dressage et de divertissement. Quiconque enfreindra cette loi sera passible d’amendes comprises entre 113 000 et 300 000 pesos.

L’interdiction de la captivité des cétacés a été adoptée à l’unanimité, avec la reconnaissance de la souffrance endurée par ces êtres sensibles évoluant dans des enclos en béton. Les établissements détenant des dauphins captifs auront trois mois pour se mettre en règle avec cette nouvelle loi.

 

Ric O’Barry apportant son soutien aux militants mexicains de Cancun

« La meilleure façon de susciter le changement est de montrer l’exemple. Félicitations à nos amis et collaborateurs de Mexico, ainsi qu’au député López Adame et aux coordinateurs des partis du Congrès de Mexico, pour cette avancée juridique au nom des dauphins. Nous encourageons le reste du pays à suivre l’exemple de la ville de Mexico en interdisant les spectacles de cétacés captifs. » Ric O’Barry, Fondateur et Directeur du Dolphins Project

Les spectacles de dauphins sont de moins en moins populaires, les citoyens découvrant la face cachée et cruelle de ces « divertissements ». En début d’année, suite aux nombreuses protestations visant les ignobles cirques de dauphins ambulants de Balikpapan, le maire de cette ville s’est engagé par écrit à ne plus y autoriser de spectacles d’animaux, mettant ainsi un terme à toute forme d’exploitation animale. L’année dernière, l’Aquarium National de Baltimore a annoncé son souhait de transférer ses dauphins vers un sanctuaire marin.

Nous vous invitons à remercier le député López Adame, ainsi que le Congrès de la ville de Mexico, qui ont fait le meilleur choix au nom des dauphins. Pour l’heure, nous ne savons pas où seront envoyés les cétacés captifs, mais la prochaine étape sera à l’évidence de les libérer de leurs enclos en béton.

© Traduction : Fanny Trifilieff & David Delpouy pour Réseau-Cétacés

————————————————————————————————————————–

Source : Un article de Cara Sands – Publié le 02 Août 2017 sur le site du Ric O’Barry’s Dolphin Project
Crédit photos : Ric O’Barry’s Dolphin Project

Dauphins : quelle vie après la captivité ?
Russie : la chasse à outrance aux orques et bélugas inquiète les scientifiques