Les fish and chips consommés au Royaume-Uni financent la chasse à la baleine en Islande !

L’information devrait en étonner plus d’un chez nos voisins britanniques. Selon une enquête révélée par nos confrères de The Ecologist, manger des fish & chips favoriserait… la chasse à la baleine en Islande ! whaling (C) dalli58.jpgC’est en fait la provenance du poisson utilisé qui pose problème, l’un des mareyeurs les plus importants d’outre-Manche, Warners Fish Merchants Ltd. (qui fournit pas moins de 10 000 établissements britanniques), s’approvisionnant chez HB Grandi, l’une des entreprises de pêche les plus importantes d’Islande et qui serait étroitement liée à Hvalur, première société de chasse à la baleine d’Islande. Il est avéré qu’HB Grandi lui a loué ses installations pour découper et conditionner de la viande de baleines. Ceci explique très certainement cela : Arni Vilhjalmsson est à la tête des deux sociétés. De même, le vice-président d’HB Grandi Kristjan Loftsson n’est autre que le directeur général de Hvalur.

Selon nos confrères, ces entreprises se servent des revenus de l’exportation de poissons en Europe, notamment en Grande-Bretagne, pour financer la chasse à la baleine. Et pas n’importe laquelle : la cible préférée d’Hvalur n’est autre que le rorqual commun, le deuxième plus grand animal sur Terre après la baleine bleue, une espèce en voie de disparition.

Une réalité dont la société Hvalur n’a cure, elle qui selon l’Agence d’investigation environnementale britannique aurait tué pas moins de 273 rorquals communs pour en exporter 1200 tonnes de viande rien qu’au Japon depuis 2008. On l’a évoqué à de nombreuses reprises dans ces colonnes : alors que la chasse commerciale à la baleine fait l’objet d’un moratoire depuis 1986, des pays appâtés par le gain tels que l’Islande et le Japon violent la législation sous couvert de « pêche scientifique ».

Depuis quelques mois, l’Islande est aussi devenue un exportateur de choix pour satisfaire les besoins japonais en viande de rorquals communs, indépendamment des protestations de la communauté internationale. Le Japon a en effet vu son propre business de chasse à la baleine s’effondrer, d’abord en raison des assauts répétés de l’ONG Sea Shepherd, ensuite à cause du séisme et du tsunami du 11 mars dernier. Une aubaine pour Hvalur, toute heureuse de rafler un nouveau marché qui lui a déjà rapporté quelque 5 millions d’euros de bénéfices. Et ce n’est sans doute qu’un début…

 Source : zegreenweb.com  (12.07.11)Actualité récente en rapport :Islande : pause dans la chasse à la baleine…    L’Europe inflexible sur la baleine !    Abbération ! La chasse à la baleine ouverte aux touristes !     La baleine, une star très convoitée en Islande !     Voir également notre dossier complet sur le thème : La chasse baleinière…    

Chasse à la baleine : l'Islande menacée de sanctions commerciales aux USA !
Le Japon harponne la Commission baleinière internationale...