La US Navy déploie des dauphins captifs pour capturer des marsouins du Pacifique

Dans le cadre d’un effort mal inspiré pour sauver les marsouins du Pacifique de l’extinction, des dauphins captifs de la US Navy ont été transportés au Mexique. Ces derniers y débuteront leur travail de localisation afin de participer à la capture de marsouins, qui feront partie d’un programme d’élevage d’une colonnie. Un procédé discutable…

Le mois prochain, « Andrea », « Fathom », « Katrina » et « Splash », les dauphins baptisés ainsi par la US Navy, localiseront les marsouins qui seront capturés puis détenus dans un enclos marin de 46 mètres carrés situé à San Felipe, une localité de l’État de Basse-Californie. A noter que ces dauphins vivent dans ce même établissement de la US Navy, récemment sous le flot des critiques pour cause de mauvais traitements sur des dauphins.

Selon le Mexico Daily News, seuls les individus les « moins stressés » seront placés en captivité. Cela signifie que les scientifiques à l’origine de ce projet ont l’intention de séparer des familles, probablement pour toujours. Cette méthode dite de « conservation » est exactement le genre d’approche dangereuse qui ne prend pas en considération les marsouins dans leur spécificité. Le mouvement Compassionate Conservation, en gain croissant de popularité, met l’accent sur le bien-être de chaque individu, et ne recommanderait en aucun cas la séparation de familles et d’amis.

Ce qui aiderait les Marsouins du Pacifique, et qui est probablement la seule chose à faire, c’est d’arrêter les pratiques qui sont en train de les tuer. On parle de la pêche industrielle qui cible le totoaba, une espèce de poisson en voie de disparition, « dans le même bateau » que les crevettes, et accessoirement les marsouins, retrouvés enchevêtrés et sans vie dans les filets maillants.

Les marsouins capturés seront détenus sur du « long terme », avec l’objectif d’une éventuelle remise en liberté après fécondation, qui soit dit en passant, n’est pas éthique puisque la fécondation forcée pratiquée sur des marsouins sauvages, quelle qu’en soit la raison, reste une technique très invasive. On peut également s’interroger sur le moment où les individus pourraient être soudainement déclarés « inaptes à la remise en liberté ». Ils seraient alors envoyés dans un aquarium pour, jour après jour, exécuter des numéros de spectacle. Après tout, une telle espèce menacée que constitue le marsouin du Pacifique devient précieuse du fait de sa rareté.

Le gouvernement mexicain devrait plutôt s’attaquer aux filières de la pêche qui sont dévastatrices et tuent les marsouins, au lieu de forcer des dauphins à tremper dans les sales affaires des humains.

L’International Marine Mammal Project a rejoint d’autres organisations pour appeler le gouvernement mexicain à prendre des mesures visant à retirer de la zone les filets maillants nuisibles, et les sennes à crevettes.

 

© Traduction : Fanny Trifilieff & David Delpouy pour Réseau-Cétacés

————————————————————————————————————————–

Source : Un article de Laura Bridgeman –
Publié le 09 Octobre 2017 sur le site du International Marine Mammal Project
Crédit vidéo : El Universal Online

 

 

Brésil : Des habitants sauvent une baleine

Laisser un commentaire