Islande : la chasse à la baleine va reprendre après deux ans d’interruption

Le rorqual commun est pourtant une espèce en danger depuis 1996 d’après l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature…

Après deux ans d’interruption, l’unique entreprise islandaise de chasse au rorqual commun va ressortir ses harpons. Hvalur hf. a annoncé ce mardi qu’elle allait reprendre la mer, suscitant l’indignation des associations de protection des cétacés. La saison de la chasse doit débuter le 10 juin.

Depuis 2016, cette société avait dû stopper ses activités en raison de difficultés commerciales avec le Japon, principal marché pour la viande de baleine. La consommation y est en recul et les entraves sanitaires à l’importation sont jugées trop contraignantes.

Développement de produits médicaux

« Nous allons reprendre les opérations commerciales car la bureaucratie japonaise semble s’être assouplie et les autorités nippones ont fait preuve d’écoute », a déclaré le PDG, Kristján Loftsson. Sa firme va également travailler avec des chercheurs de l’université d’Islande au développement de produits médicaux à base de viande de baleine.

Cette année, 161 prises pour le rorqual commun sont autorisées contre 150 en 2017. De plus, Hvalur hf. est autorisée à utiliser 20 % du quota non utilisé de l’année dernière, ce qui permettra la chasse de 30 cétacés supplémentaires.

La chasse « n’a pas sa place dans les temps modernes »

« Cette décision n’est pas fondée sur de réelles nécessités du marché et n’est pas en accord avec les sondages d’opinion sur cette activité, qui n’a pas sa place dans les temps modernes », a réagi Sigursteinn Másson, responsable de l’antenne islandaise du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW).

La chasse commerciale à la baleine a été interdite en 1986 par la Commission Baleinière Internationale (CBI) mais l’Islande, qui s’était opposée à ce moratoire, a repris la chasse en 2006. C’est le seul pays à l’autoriser avec la Norvège. Le Japon pratique aussi la chasse mais officiellement à des fins scientifiques, même si une grande partie de la viande est ensuite écoulée sur le marché.

Une espèce en danger

Le rorqual commun, deuxième plus grand animal vivant sur la planète après la baleine bleueest pourtant une espèce en danger depuis 1996, selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Sa population dans l’Atlantique Nord est difficile à estimer aujourd’hui. Les derniers comptages, qui remontent au début des années 2000, évoquent une population totale approximative de 53.000 animaux marins.

Source : 20 minutes – Publié le 18 avril 2018
Photo de une : Romain Bocquier

 

 

 

 

 

Chasse à la baleine : l'Islande n'en rate pas une
333 baleines de Minke ont été pêchées par des baleiniers japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *