[ 🇪🇸 Traduction – Quel avenir pour Honey ? La captivité dans une autre structure ou un plan de réhabilitation ? ]

Le Parc Zoologique Loro Parque, situé à Tenerife en Espagne, a offert son aide au seul dauphin présent dans un parc désormais abandonné, au Japon. Ici, se trouvent également des pingouins, des poissons et des reptiles.

Loro Parque a informé, à travers son compte Twitter, s’être mis en contact avec la WAZA (Association Mondiale des Zoos et des Aquariums), pour voir comment aider à déplacer ces animaux dans un autre espace zoologique plus propre, ou, au moins, prendre des mesures de mise en sécurité, afin d’améliorer leurs conditions de vie, avant que le transfert en soi se fasse concrètement.

Le Zoo a fait ces déclarations suite à la pesante critique faite de la part de plusieurs personnes sur Twitter concernant les conditions très mauvaises dans lesquelles se trouvaient ces animaux.

« … parfois, le laisser seul équivaut à le laisser mourir », c’est en somme ce que Loro Parque soutient en ce qui concerne les orques. On trouve ce pauvre animal complètement livré à lui- même, et on se demande si à minima, quelqu’un s’occupe de le nourrir.

« La Fondation Loro Parque s’est déjà mise en contact avec l’association mondiale des zoos et des aquariums pour voir comment nous pouvons aider ces animaux à être déplacés dans un autre espace zoologique, ou au moins, les prendre en charge afin d’en améliorer les conditions de vie jusqu’à ce que le déplacement se fasse concrètement ».

© Traduction française par Chiara Colombo pour Réseau-Cétacés

Un article publié le 24 septembre 2018 sur le site El Dia

————————————————————————————————————————–

Note de Réseau-Cétacés : Honey pourrait donc être transférée vers un autre delphinarium avec des congénères, certes, mais elle restera néanmoins captive et sous contrainte et domination humaine… Le Dolphin Project propose, quant à lui, une solution viable qui va dans le sens du bien-être de la dauphine :

 

 

Update du Ric O’Barry’s Dolphin Project au 28 septembre 2018 : 

Quand le Dolphin Project a appris la fermeture du Parc Marin Inubosaki, en janvier dernier – une structure tout à l’ouest de Tokyo – on a craint le pire. Nous étions déjà au courant de ce qui s’y passait. Après avoir fait leur show, les stars marines étaient livrées à elles-mêmes, sans assistance médicale adéquate ni nourriture. Et pendant que Honey est nourrie par un employé payé par la structure même, elle reste complètement seule, confinée dans sa prison de quelques litres d’eau.

Pour un mammifère si socialement intégré comme le dauphin, cela équivaut à une peine de torture.

Depuis 1973, le Dolphin Project a réhabilité et remis en liberté avec succès des dauphins dans la même situation que Honey. Cela a été le cas aux Etats-Unis, mais également en Corée du Sud, à Haïti, au Guatemala et au Nicaragua, et également en Colombie et au Brésil. Nous avons fait une proposition formelle dans laquelle nous avons clairement indiqué notre entière disponibilité pour nous prononcer sur le cas de Honey, et la réhabiliter pour une possible remise en liberté, ou une retraite dans un sanctuaire marin. Son propriétaire n’a malheureusement jamais répondu.

A savoir que le Dolphin Poject est en communication directe et constante avec plusieurs organisations au Japon en vue de coordonner nos efforts pour Honey, et de trouver une solution pour son bien-être. En supportant les groupes locaux, nous avons constamment accès aux dernières informations, et donc de meilleures chances de faciliter un aboutissement heureux.

© Traduction française par Chiara Colombo et David Delpouy pour Réseau-Cétacés

Crédit vidéos : Ric O’Barry’s Dolphin Project

 

Voir l’info précédente en rapport : Japon – Le sort révoltant d’un dauphin laissé seul dans un parc abandonné

 

L’IA de Google écoute le chant des baleines pour les protéger
La Terre a perdu 60% de ses animaux sauvages en 44 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *