La Norvège est-elle sur le point de créer sa propre crique destinée au massacre des dauphins ?

La Norvège est-elle sur le point de créer en Scandinavie une crique destinée à l’abattage des dauphins, comme il en existe à Taïji, au Japon ? Certaines personnes s’y emploieraient. Selon un récent reportage sur la ville de Tromsø diffusé aux infos norvégiennes, les Samis (aussi appelés Lapons), un peuple autochtone du nord de la Norvège, auraient élaboré un projet autorisant la chasse au dauphin et au marsouin commun. Comme aux îles Féroé et au Japon, l’expression de « chasse traditionnelle » serait utilisée pour justifier la proposition. Le Parlement Sami a déjà adopté le texte qui doit maintenant être soumis pour approbation au gouvernement national norvégien. Si la proposition est validée, les dauphins et marsouins ne seront plus à l’abri d’être chassés, persécutés, massacrés et envoyés à la boucherie, tout comme dans la tristement célèbre baie de Taïji, au Japon, et dans les baies désignées des îles Féroé.

L’intitulé de l’article norvégien est très évocateur : « Une fois que vous avez goûté à la viande de dauphin, vous ne pourrez plus jamais manger autre chose. » On doit cet énoncé à l’un des porte-paroles du Parlement Sami, lequel gère les affaires concernant les populations Samis en Norvège. L’article parle de la viande de dauphin comme d’une « friandise ». Tout ce qui a trait à la façon dont les dauphins sont chassés et mis à mort est occulté.

Des dauphins d’Électre ayant été abattus sont traînés jusqu’à la boucherie, Taiji, Japon. Crédit : DolphinProject.com

Les dauphins se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire, ce qui signifie qu’ils sont exposés à la forte accumulation de polluants présents dans l’océan. Il en résulte que la viande de dauphin est contaminée par le mercure et d’autres substances nocives. Un lien a été établi entre sa consommation et des risques importants encourus pour la santé humaine, mais l’article norvégien n’en fait également aucune mention.

L’un des arguments en faveur de la chasse soutient que la population de dauphins de la région est suffisamment importante pour être chassée.

« Il est tout à fait légitime pour la communauté locale de reprendre sa chasse traditionnelle, » a déclaré le porte-parole.

Ce raisonnement réduit froidement la question à de vulgaires statistiques. Les dauphins eux-mêmes sont clairement considérés comme des objets dénués de sensibilité, et leur souffrance n’est pas digne d’intérêt. De plus, l’argument selon lequel il est permis de chasser les dauphins, simplement parce « qu’il y en a tellement », ne permet pas d’avoir une vue d’ensemble de la situation. La survie des dauphins et marsouins des océans du monde entier est gravement menacée par les activités humaines responsables, entre autres, de la pollution sonore et chimique, de la destruction des habitats naturels et du dérèglement climatique.

La saison de chasse au dauphin à Taïji est toujours en cours. La saison prochaine, au 1er septembre, le cauchemar recommencera pour six mois de plus. Les dauphins qui sont traqués et piégés dans la baie meurtrière de Taïji ressentent une peur intense et une douleur atroce, et voilà que certaines personnes en Norvège veulent recréer un spectacle similaire d’horreur dans ses propres eaux. La chasse en Norvège – si la proposition est adoptée – n’est plus une question de survie. Aujourd’hui, il s’agit avant tout de maintenir une chasse traditionnelle, comme si ce terme pouvait justifier, de quelque manière que ce soit, la cruauté envers les animaux.

Loin d’être des objets dénués de sensibilité, les dauphins sont des êtres extrêmement intelligents et complexes. Leurs émotions doivent être prises en considération. Ils font appel à des compétences de communication ultra sophistiquées et nouent des liens sociaux d’une intensité exceptionnelle. À Taïji, où des centaines de dauphins sont traqués et tués chaque année, les Cove Monitors du Dolphin Project ont observé comment des groupes de dauphins se rassemblent pour se réconforter, les adultes s’employant désespérément à protéger leurs petits. Quand vient l’heure de la mise à mort, certains dauphins tombent dans un état de panique totale, et dans une vaine tentative de fuite, ils se jettent violemment sur les rochers. La scène est d’une telle cruauté qu’il est difficile de trouver les mots justes pour la décrire. Je voudrais donc poser la question suivante au peuple Sami du nord de la Norvège : la consommation d’un morceau de viande de dauphin vaut-elle toute cette souffrance ? Ou est-il temps de trouver des alternatives à la cruauté envers les animaux et de renoncer à nos vieux travers consistant à se montrer sans pitié avec des êtres dont la vie dépend de nos actes ?

✒  Agissez en signant la pétition :

« Arrêtez le massacre des dauphins en Norvège avant qu’il ne commence ! »

 

***********

© Traduction française par David Delpouy pour Réseau-Cétacés

Un article d’Hélène O’Barry publié le 14 janvier 2019 sur le site du Dolphin Project
Photo de une : Dolphin Project

 

Pourquoi des centaines de cadavres de dauphins s’échouent-ils sur les plages françaises ?
Chasse au dauphin à Taïji (Japon) – Bilan semaine du 11 au 17 février 2019 #25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *