Bali : un sanctuaire créé pour les dauphins captifs confisqués

Johnny and Dewa, World's First Permanent Dolphin Sanctuary, Bali, Indonesia from Dolphin Project on Vimeo.

Traduction de David Delpouy pour #RéseauCétacés d’un article de Helene O’Barry publié le 8 octobre 2019 sur le blog du Dolphin Project.

Bien que Johnny et Dewa soient des candidats potentiellement insusceptibles d’être relâchés en milieu naturel, ils ont trouvé une « demeure pour toujours », dans laquelle ils pourront profiter d’une retraite digne et paisible.

Le Dolphin Project, en collaboration avec ses partenaires locaux, le Central Jakarta Forestry Department et le Jakarta Animal Aid Network (JAAN), vient de créer le premier sanctuaire permanent pour dauphins au monde.

Et le Melka Hotel ne fait officiellement plus de business sur le dos des dauphins captifs.

Sanctuaire marin permanent de Bali – Crédit : DolphinProject.com

Neuf semaines après la confiscation avec succès de deux grands dauphins et bien d’autres animaux au Melka Excelsior Hotel à Bali, en Indonésie, les deux derniers dauphins ont désormais quitté l’établissement.

En août 2019, Rocky et Rambo avaient été les premiers dauphins à être évacués de la petite piscine crasseuse du Melka Excelsior Hotel à Lovina, dans le nord de Bali. Ils avaient été emmenés au Dolphin Lodge à Sanur, à Bali, pour une mise en quarantaine. Aussitôt au contact de l’eau de mer naturelle, le processus de guérison a commencé presque immédiatement. Ils semblent être en bonne santé et feront l’objet d’une évaluation minutieuse en vue d’une éventuelle remise en liberté en milieu naturel.

Johnny et Dewa, les deux derniers dauphins demeurant au Melka Hotel étaient en mauvaise santé. Leur candidature à la libération étant peu probable, notre équipe a travaillé ces dernières semaines à la création d’un sanctuaire permanent. Le gouvernement nous a autorisés à construire un vaste enclos flottant près de l’embouchure de la baie de Bajul, dans le parc national de l’ouest de Bali, où les eaux sont calmes et cristallines. Une fois l’aménagement terminé, des dispositions ont été prises avec le Ministère des forêts pour transférer Johnny et Dewa dans leur nouvelle demeure.

D’un sinistre bassin stérile vers une étendue d’eau de mer naturelle, avec suffisamment d’espace pour nager et jouer ~, voilà à quoi ressemble aujourd’hui la vie de Johnny et Dewa.

Le 8 octobre, notre équipe composée de membres du Dolphin Project et du JAAN, dont un vétérinaire, et d’agents du Département des forêts, s’est réunie au Melka Hotel. Des dresseurs de dauphins autrefois employés à l’hôtel étaient également présents pour aider au transport. Une fois les dauphins installés dans des conteneurs, ils ont été conduits pendant deux heures en camion, puis sur un court trajet en bateau, jusqu’à l’embouchure de la baie. Dewa a été le premier à arriver au sanctuaire. C’était un transfert incroyable. À 11h48, pour la première fois depuis sa capture, il retrouvait le véritable océan. À midi, Johnny l’a rejoint dans l’enclos marin, et dès les premiers instants, les deux dauphins ont exploré leur nouvel environnement. Ils étaient affamés après ce périple, et ils ont mangé les poissons frais que nous leur avons donné.

Wahyu est l’ancienne dresseuse en chef des dauphins de l’hôtel Melka. Elle est maintenant une employée du Dolphin Project au sanctuaire. Photo : Dolphinproject.com

Pendant des mois, nous avons essayé d’alléger leurs souffrances alors qu’ils se morfondaient au Melka Hotel, en gardant un œil sur eux et leur tenant compagnie. Dans l’enclos marin, c’était fascinant de les voir nager, plonger et examiner attentivement ce qui s’y trouvait. Dans les prochains jours, nous nous attendons à ce que Johnny et Dewa explorent chaque centimètre de l’enclos, et prennent possession de leur nouvelle demeure. Ils ne vivront plus jamais entre les quatre murs en béton d’un bassin stérile confectionné par l’homme.

Lincoln O’Barry et Femke den Haas ont découvert l’installation pour la première fois il y a dix ans, à l’occasion du tournage de Blood Dolphin$. Nous avons lancé notre campagne Free Bali Dolphins afin de sensibiliser la population sur les cirques itinérants et la souffrance des dauphins placés en captivité sous le prétexte du divertissement. Notre équipe travaille sur le terrain depuis des années pour mettre un terme à l’exploitation des dauphins en Indonésie. Dans le cadre de notre campagne Free Bali Dolphins, nous avons mis en place un projet ambitieux visant à mettre fin à ces activités d’exploitation. Il comprend la réalisation de graffitis et de l’art urbain, des panneaux d’affichage électroniques dans toute l’Indonésie, des publicités numériques à l’aéroport de Bali, et un spectacle de marionnettes itinérant à vocation éducative. Du plaidoyer contre les cirques itinérants populaires, jusqu’à la sensibilisation sur l’importance de préserver la faune marine, pour ouvrir les yeux des touristes sur la souffrance des dauphins captifs, nous restons attachés à leur bien-être et à leur protection.

Campagne de graffitis anti-captivité, Bali, Indonésie. Crédit : DolphinProject.com

Depuis la fin de l’exhibition des cétacés au Melka Hotel, la vie a changé pour Johnny, Dewa, Rambo et Rocky. Ils n’auront plus jamais à exécuter des tours en échange de poissons morts comme nourriture, ni à vivre dans les déplorables conditions qu’offrent les bassins stériles. En captivité, ces dauphins souffraient de mauvais traitements. Johnny est aveugle, probablement en raison de la toxicité du chlore, et toutes ses dents ont disparu. Dewa n’a plus que cinq dents et son corps est recouvert d’ecchymoses du fait d’avoir bondi sur le carrelage endommagé de son bassin. Les quatre dauphins ont un poids insuffisant. Bien que nous ne puissions probablement pas réhabiliter et libérer Johnny et Dewa, nous sommes déterminés à leur offrir une vie meilleure, digne et paisible.

Quotidiennement, aux quatre coins du monde, il arrive tant de misères aux dauphins qu’il parait parfois insurmontable d’arriver à faire cesser les actes de cruauté. Nous comprenons pourquoi on nous demande parfois ce qui nous fait aller de l’avant. La réponse est simple : un instant de magie tel que celui auquel nous avons assisté aujourd’hui. Voir Dewa et Johnny découvrir l’océan, pour la première fois depuis des années, nous donne un regain d’énergie pour continuer à nous battre pour les dauphins. Il y a quelques heures à peine, ils étaient entourés de murs en béton, dans un bassin stérile. Ils étaient confinés dans un monde bétonné artificiel, passant la journée à écouter le son monotone des pompes à eau et des systèmes de filtration, la musique et les hommes. Ils nageaient quelques mètres à peine avant d’être arrêtés par un mur. Ils n’avaient rien à explorer, nulle part où aller. Maintenant, Johnny et Dewa sont entourés de tous côtés par l’océan. En tant que résidents du premier sanctuaire permanent pour dauphins au monde, ils entendent maintenant le son des vagues et ressentent les vibrations des courants marins. Ils respirent l’air océanique et pourront à nouveau utiliser leur sonar. La voie de la guérison a commencé.

Outre les frais initiaux de création, le Sanctuaire pour dauphins de Bali (Bali Dolphin Sanctuary) aura des coûts permanents de prise en charge des dauphins. Johnny et Dewa auront besoin de soins médicaux, de nourriture et d’une surveillance régulière de la part du personnel, tandis que les installations devront être entretenues. Rocky et Rambo sont aussi à notre charge, et nous couvrons l’ensemble de leurs coûts durant la période d’évaluation. Vous pouvez contribuer à nos frais généraux et vous assurer que les dauphins placés sous notre protection vivront paisiblement et dignement pour le restant de leurs jours. Effectuez un don pour soutenir notre Bali Dolphin Sanctuary !

Article original (photos & liens complémentaires) : Bali Dolphins Confiscated; New Sanctuary Established

 

[ Prison des Baleines ] - Russie : 50 bélugas revendus à des entreprises chinoises ?
Pamela Anderson écrit à Vladimir Poutine: pour quelle raison ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *