Japon – Des dauphins abandonnés face au typhon Hagibis

Traduction de David Delpouy pour #RéseauCétacés d’un article de Molly Gray publié le 14 octobre 2019 sur le blog du #DolphinProject


Les propriétaires de la Dolphin Base, une structure de maintien en captivité située dans la baie de Moriura, à Taïji, ont délibérément exposé les dauphins au danger en refusant d’abaisser les filets pour leur donner une chance de survivre. 

Taïji, 14 octobre 2019 : Les dauphins de la Dolphin Base dans la baie de Moriura ont enduré le chaos et la destruction quand le typhon Hagibis est venu frapper le Japon. Alors que le pays est généralement bien préparé face aux catastrophes naturelles, grâce aux alertes aux tsunamis et aux séismes, absolument aucune mesure n’a été prise pour les dauphins captifs de la Dolphin Base, face à l’un des pires typhons que le Japon ait connus ces soixante dernières années. Avertis au moins une semaine à l’avance, les dresseurs avaient tout le temps d’abaisser les filets, ou de trouver une solution alternative pour mettre les mammifères à l’abri. Mais rien n’a été organisé pour leur épargner la souffrance. Bravant les éléments, les Cove Monitors du Dolphin Project ont documenté le déroulement des événements, même au plus fort de la tempête, pour témoigner et révéler les horreurs engendrées par l’industrie de la captivité.

11 Octobre 2019 

Grand dauphin captif frappé par le vent, les vagues et les débris avant que le typhon Hagibis ne s’abatte sur le Japon. Crédit: DolphinProject.com

 

Grand dauphin subissant la colère du typhon Hagibis, Dolphin Base, Taïji, Japon. Crédit: DolphinProject.com

Alors que le typhon Hagibis avançait progressivement sur le Japon, les banger boats (bateaux des chasseurs) n’ont pas quitté le port à cause des vents déchaînés et de la mer agitée. À la Dolphin Base, l’équipe des Cove Monitors du Dolphin Project a vu la situation se dégrader au fil du jour. Les filets verticaux fermant les enclos s’étiraient horizontalement sur un côté à cause de la force du courant, soulevant le fond de l’enclos vers la surface, empêchant les dauphins de plonger en profondeur pour se protéger de l’impact violent des grosses vagues. On s’en rendait particulièrement compte en observant les trois grands dauphins de l’enclos le plus à droite, les plus exposés. Ils étaient acculés dans les coins, propulsés contre les pontons, essayant tant bien que mal d’esquiver les débris projetés. Le Dolphin Project et Life Investigation Agency (LIA) ont contacté les autorités locales pour les informer des dégâts déjà causés et leur expliquer que les dauphins n’avaient aucun moyen d’échapper à la catastrophe. Après avoir visionné nos images, la police a appelé la Dolphin Base pour prévenir que la sécurité des dauphins sous sa garde était préoccupante, mais on leur répondit que des vérifications avaient été effectuées et que tous les dauphins étaient sains et saufs. Suite à l’intensification des mauvaises conditions météorologiques, nous avons décidé d’aller vérifier par nous-mêmes si les dauphins étaient en sécurité.

Nous sommes arrivés à la Dolphin Base aux alentours de 20h30,  et à ce moment-là, malgré l’obscurité, on pouvait distinguer les contours des enclos, et nous avons remarqué qu’ils commençaient à se désagréger. 

Aucun dresseur n’était présent, et le vent était si fort et les vagues si violentes qu’il était peu probable qu’ils aient tenté de se rendre sur la jetée pour vérifier que les dauphins allaient bien. Nous avons insisté auprès des policiers pour les faire changer d’avis, mais on nous a fermement prié de rejoindre notre hôtel pour nous mettre à l’abri. Le cœur dans l’estomac et les vêtements trempés, nous sommes partis et avons planifié de revenir le lendemain matin pour évaluer les dégâts à la lumière du jour.

12 Octobre 2019 

Destruction massive des enclos des dauphins durant le passage du typhon Hagibis, Taïji, Japon. Crédit: DolphinProject.com

Destruction massive des enclos des dauphins durant le passage du typhon Hagibis, Taïji, Japon. Crédit: DolphinProject.com

Nous sommes arrivés avant le lever du soleil, et nous pouvions déjà constater la destruction des enclos. Celui le plus à droite avec les trois grands dauphins avait été anéanti, ces derniers restant introuvables. Un autre enclos avait également été détruit, et les dauphins avaient également disparu.

Deux enclos s’étaient détachés de la structure principale et avaient dérivé d’environ vingt mètres, et un autre se désintégrait peu à peu. À la fin de la journée, il était lui aussi fortement détérioré, des dauphins toujours présents au sein de l’épave.

Les vagues déferlaient sur la digue, glissaient sur nous comme des avalanches et balayaient nos chevilles. Le deuxième jour, nous étions trempés d’eau de pluie et de mer, à témoigner pour les dauphins, pour que le monde puisse voir. Les conditions continuaient d’empirer, des barils, des bouées et des planches de bois s’entrechoquant dans le courant, frappant les pontons et les bateaux ancrés, se percutant. A un moment donné, deux dresseurs de la Dolphin Base ont fait leur apparition, et sont entrés dans l’eau. On a cligné deux fois des yeux en une seconde, la conviction au cœur qu’ils comprenaient enfin la situation et se souciaient du bien-être des dauphins. Jusqu’à ce qu’on réalise qu’ils ne feraient rien pour atténuer le supplice des dauphins, se préoccupant uniquement d’arrimer les enclos à la dérive, pour empêcher leur bétail de s’échapper. Ils n’avaient aucune intention d’améliorer la situation des animaux en détachant les filets pour les relâcher. Cela n’aurait pas dû nous surprendre, car ce sont ces mêmes personnes qui décident quels dauphins sont suffisamment « jolis » pour rapporter de l’argent et quels membres de leur famille doivent être massacrés dans la baie de Taïji. Un autre dresseur est arrivé peu de temps après, leur criant de sortir de l’eau à cause du danger. Ils sont sortis et ont de nouveau abandonné les dauphins au danger.

Les dauphins étaient de plus en plus épuisés, à bout de souffle parmi les débris, se blottissant entre eux au milieu de l’enclos pour éviter de se blesser sur les coins ou les bordures tranchantes.

13 Octobre 2019 

Les dresseurs de la Dolphin Base jettent du poisson aux dauphins pour faire revenir les mammifères aux enclos. Crédit: DolphinProject.com

Après le pic de la tempête, le vent et les vagues ont finalement commencé à se stabiliser, malgré une puissance toujours soutenue. Le 13 au matin, la baie de Moriura n’était plus la même. Même si l’eau était calme et le ciel sans nuages, on constatait les traces du passage du typhon par la quantité de gravats dans l’eau et la structure méconnaissable des enclos de la Dolphin Base. Nous avons remarqué que certains dauphins aperçus dans un enclos au moment du typhon avaient disparu. Après quelques instants, nous avons aperçu des dauphins en train de nager dans la baie ! Nos cœurs se sont liquéfiés, car même si nous étions soulagés de les voir libres et vivants, nous savions qu’ils seraient bientôt à nouveau « réclamés ». Les dresseurs ont sauté dans leurs bateaux, avec des seaux remplis de poissons, et se sont directement dirigés vers eux. Les dauphins captifs étant totalement dépendants de l’homme pour leur survie (ils leur fournissent la nourriture), ils n’étaient pas partis bien loin. Les dresseurs les ont fait revenir vers la Dolphin Base à l’aide de poissons congelés, mais n’ayant plus d’enclos pour les garder, en raison des dégâts causés, ils les ont donc laissés nager à proximité dans la baie.

14 Octobre 2019 

Des dauphins trouvés en train de nager dans la baie de Moriura ont été ramenés dans leurs enclos à Taïji, au Japon. Crédit: DolphinProject.com

 

Dauphins intubés pour être hydratés, Taïji, Japon. Crédit: DolphinProject.com

Ce matin, nous n’avons pas vu de dauphins nager dans la baie, ni dans aucun des enclos. Nous nous sommes demandé si l’écume sur l’eau nous empêchait de les voir, ou s’ils avaient été transférés ailleurs. Plus tard, nous avons vu un bateau de la Dolphin Base faire le tour de la baie comme s’il cherchait des dauphins. Nous avons également constaté la disparition de deux bateaux de chasse et de tous les skiffs.

Soudain, les skiffs sont apparus dans la baie de Moriura. Sur l’un d’eux, deux grands dauphins étaient attachés à des élingues, un sur chaque côté du bateau.

Les deux dauphins ont été transférés dans un enclos hébergeant deux globicéphales. Une fois le filet fermé, une dresseuse a intubé l’un des dauphins par la gorge et l’estomac, pour hydrater le mammifère. Les Cove Monitors du Dolphin Project l’ont vue batailler. Elle s’est arrêtée, a retroussé sa manche et a passé son bras dans la gorge du dauphin, pour en extraire une poignée de déchets, de brindilles, de feuilles et de débris – certainement le résultat de ce que les dauphins avaient enduré lors des terribles conditions provoquées par le passage du typhon.

Le défaut d’assistance dont cette infrastructure a fait preuve ces derniers jours est inimaginable. La Dolphin Base prétend aimer et protéger ses dauphins. Pourtant, sa priorité a constamment et clairement privilégié l’intérêt au bien-être de ses animaux.

Toute installation hébergeant des dauphins et d’autres cétacés captifs est moralement tenue de garder ses mammifères à l’abri des dangers. Cependant, comme notre équipe a pu le constater, cela n’a pas été le cas pour ces dauphins, toujours susceptibles de souffrir de blessures résultant de négligences humaines, et non documentées.

S’il vous plaît, n’achetez jamais de ticket pour vous rendre à un spectacle de dauphins ou dans un établissement détenant des cétacés captifs.

Vidéo montrant les dauphins captifs de la Dolphin Base, située à Taïji, au Japon, un jour avant l’arrivée du typhon Hagibis :


Article original: Dolphins Left to Fend for Themselves During Typhoon Hagibis

L'incroyable découverte d'une carcasse de baleine qui abrite des centaines d'espèces sous-marines
Les incroyables images de la capture des proies de baleines à bosse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *