Taïji (Japon) : la saison de chasse au dauphin s’achève

Le Dolphin Project est en mesure de confirmer qu’au 1er mars, la saison 2019/2020 de chasse au rabattage au dauphin s’achève à Taïji. Durant ces six mois, notre équipe dévouée de Cove Monitors était présente sur le terrain, documentant tous les rabattages, durant lesquels les dauphins étaient régulièrement victimes de harcèlements, de supplices et de maltraitances. Ensemble, nous avons vu des dauphins traqués, blessés, malmenés, écrasés par des barques, traînés, noyés, capturés et tués. Des groupes entiers de dauphins ont été exterminés, des plus jeunes aux plus vieux.

Cette saison, 130 rabattages (chasse) au total ont eu lieu, concernant huit espèces de dauphins. Nous estimons que 560 dauphins ont été tués, et que 180 ont été sélectionnés pour la captivité. Beaucoup d’autres ont certainement succombé à cause des battues elles-mêmes, le nombre de ces pertes n’ayant jamais été recensé.

Japan Dolphins Day 2019 – Italie

Temps forts

La saison a débuté le 1er septembre – le jour du Japan Dolphins Day, une journée internationale de mobilisation et de sensibilisation que nous coordonnons depuis 2005. Cette année, plus de trente-quatre événements ont été organisés à travers le monde. Le deuxième jour à peine après l’ouverture de la saison, les chasseurs ont réussi à localiser un groupe de dauphins de Risso, qui a été abattu dans la baie. Quatre jours après, le 5 septembre, un groupe important de Grands Dauphins a été traqué jusqu’à l’épuisement, entraînant la sélection pour la captivité de 19 mammifères.

 

 

Aucun dauphin n’a jamais souhaité être capturé pour distraire le public le restant de ses jours. Que leurs enclos flottent en mer, soient de béton ou de verre, se situent à l’intérieur ou à l’extérieur, ou un mélange de tout ça, dès qu’ils quittent l’océan, les dauphins perdent leur faculté de libre choix et de décision, la liberté de chasser les poissons vivants, d’explorer leur monde sauvage et de choisir avec qui socialiser.

 

 

Le 11 septembre 2019, un groupe de globicéphales comprenant de très jeunes individus a été traqué sans merci et conduit dans la baie, où une sélection pour la captivité et un massacre ont eu lieu. Six jours plus tard, notre équipe de Cove Monitors a documenté l’une des plus brutales battues ayant eu cours à Taïji, d’un autre groupe de globicéphales. Quelques minutes après avoir été piégés dans la baie, quatre grands mammifères ont nagé en direction de la plage. Le reste du groupe a suivi, et le chaos a éclaté. Les dauphins se jetaient délibérément sur les rochers; d’autres étaient saisis par les chasseurs qui cherchaient à les extirper des zones peu profondes. De nombreux dauphins étaient blessés, leur sang transformant l’eau en bouillie rougeâtre. Partout, les yeux de notre équipe assistaient à un cauchemar. Nous avons filmé plusieurs animaux flottant sans vie sur le dos, et nous supposons que de nombreuses pertes ont eu lieu.

Ric O’Barry dans la Baie de Taïji, Japon. Crédit: DolphinProject.com

Le 3 octobre 2019, trois ans et huit mois après mon expulsion arbitraire du Japon, le tribunal de district de Tokyo a prononcé l’annulation de la décision d’expulsion du ministère de la Justice. Dans une décision sur l’affaire Richard O’Barry vs Etat japonais, le tribunal a statué en ma faveur, jugeant que mon refus de séjour (daté au 20 janvier 2016) et mon expulsion (datée du 5 février 2016) n’avaient aucun fondement juridique. Comme on pouvait s’y attendre, alors que nous avons remporté le premier procès, le gouvernement a fait appel. Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont apporté leur soutien. Vos tweets, e-mails, appels et dons ont fait la différence ! Je voudrais également remercier Matt Sorum, Leilani Munter, Maisie Williams, Slash, le Dr. Brian May et Tom & Kim Scholz. Merci au membre du Congrès Ted Lieu, au Département d’État des Etats-Unis, à l’ambassade américaine à Tokyo et aux cabinets d’avocats de Maître Takashi Takano.

Dévastation des enclos des dauphins durant le passage du typhon Hagibis, Taïji, Japon. Crédit: DolphinProject.com

Le 11 octobre 2019, les dauphins de la Dolphin Base de la baie de Moriura ont connu le chaos et la destruction quand le typhon Hagibis est venu frapper le Japon. Alors que le pays est généralement bien préparé face aux catastrophes naturelles, grâce aux alertes aux tsunamis et aux séismes, absolument aucune mesure n’a été prévue pour protéger les dauphins captifs de la Dolphin Base, face à l’un des pires typhons que le Japon ait connus ces soixante dernières années. Bravant les éléments déchainés, les Cove Monitors du Dolphin Project ont documenté le déroulement des événements, même au plus fort de la tempête, pour témoigner et révéler les horreurs engendrées par l’industrie de la captivité.

 

 

Le 4 novembre 2019, après que les typhons et les tempêtes tropicales aient frappé Taïji, notre équipe a décidé d’aller faire le point sur l’état de santé des dauphins captifs au Taiji Whale Museum où, avec d’autres cétacés, le dauphin albinos Angel continue d’être exhibé. Le 10 novembre, le premier rabattage de dauphins d’Électre a eu lieu. Aucune vie n’a été épargnée puisque trois dauphins ont été sélectionnés pour la captivité, condamnés à passer le restant de leurs jours à divertir les humains, et trente-sept, dont plusieurs juvéniles, ont été massacrés sans la moindre pitié.

Le 1er décembre 2019, notre équipe a été rejoint au point d’observation par un groupe d’étudiants universitaires en visite, le temps d’un week-end, pour en apprendre plus sur la chasse au cétacé pratiquée à Taïji. Le groupe était composé d’étudiants de divers horizons et de différents pays. Ils participaient tous à un programme d’étude de l’actualité internationale dans lequel figuraient le rabattage des dauphins et la chasse à la baleine. Les Cove Monitors ont eu une discussion ouverte sur les raisons de la présence du Dolphin Project à Taïji et sur ses opinions.

 

 

Lors du premier rabattage réussi de 2020, le 6 janvier, un groupe de dauphins bleu et blanc a été conduit dans la baie et soumis aux processus de sélection et d’abattage. Les dresseurs ont travaillé main dans la main avec les chasseurs pour déterminer quels dauphins étaient assez « séduisants » pour plaire aux visiteurs des parcs marins et des delphinariums. Puis, le 12 janvier, notre équipe a assisté à l’une des plus horribles scènes de souffrance vécues dans la baie, avec la traque et l’extermination d’un autre groupe de dauphins bleu et blanc. Une fois conduits dans la baie, plusieurs mammifères ont commencé à paniquer, souffrant de terribles blessures occasionnées lors de leurs tentatives de fuite. L’un d’eux semblait avoir été gravement blessé au niveau de la mâchoire supérieure (et peut-être inférieure), saignant abondamment tandis qu’un plongeur le dégageait violemment des rochers pour l’exécuter.

C’est PRÉCISÉMENT pourquoi nous devons garder sur place une équipe réduite, 24 heures  sur 24 et 7 jours sur 7, les six mois de la saison de chasse au dauphin à Taïji. Cette cruauté extrême doit être dénoncée avec force. Nous n’accepterons jamais qu’elle soit dissimulée au public – en particulier aux consommateurs japonais.

 

 

Le 4 février, les chasseurs ont localisé un groupe de dauphins tachetés pantropicaux. Une fois ces derniers piégés dans la baie, des dresseurs sont arrivés en grand nombre à bord de plusieurs skiffs. Peu de temps après, un processus de sélection extrêmement long a débuté. Sur plusieurs heures, vingt dauphins tachetés pantropicaux ont été arrachés à leur cocon familial pour les besoins du divertissement et le profit.

Le retour de l’activisme local au Japon est un signe encourageant. Tout au long de la saison de chasse au dauphin de 2018/19, plusieurs manifestations de militants japonais avaient été organisées à Taïji, appelant au changement de l’intérieur. Le 9 février dernier, après la conduite dans la baie d’un groupe de dauphins bleu et blanc, plusieurs activistes japonais s’étaient rassemblés aux côtés de notre équipe, tandis que quelques-uns s’étaient réunis un peu plus loin dans le parc public. Les militants ont commencé à supplier les chasseurs et les dresseurs d’arrêter de tuer et de sélectionner des dauphins, et de les relâcher. Les mots puissants et déchirants des militants résonnaient dans la baie, et étaient clairement audibles via notre streaming, alors le groupe de dauphins passait au crible de la sélection et était massacré.  

 

 

Le 19 février, une scène déchirante s’est déroulée dans la baie, après qu’un groupe de dauphins bleu et blanc ait été rabattu. Au cours de ce massacre particulier, où environ cinquante-cinq dauphins ont perdu la vie, on a remarqué un jeune juvénile nageant dans le sang des membres de son groupe. On a vu les chasseurs attraper le dauphin par la nageoire dorsale, et sortir le petit mammifère hors de l’eau. Après quelques secondes, le dauphin a été hissé sur le skiff, où son corps tout gigotant a immédiatement été recouvert par des filets (probablement pour éviter l’enregistrement de la scène par notre équipe). Le lendemain, le premier groupe de dauphins à flancs blancs du Pacifique a été chassé avec brutalité. Des filets ont été jetés juste à l’extérieur du port de Taïji, dans lesquels tous les dauphins du groupe ont été capturés. Plusieurs d’entre eux se débattaient, visiblement agités alors qu’on les tirait hors de l’eau, avant d’être jetés dans les skiffs des chasseurs, puis dans les enclos marins du port.

Statistiques de la chasse au rabattage à Taïji pour les saisons allant de 2007 à 2020

La chasse au rabattage à Taïji étant légale, nous ne contestons pas la loi japonaise. Cependant, nous nous interrogeons sur les allégations du Japon affirmant que les méthodes de chasse utilisées par les pêcheurs sont humaines et rapides. À maintes reprises, notre équipe a documenté la souffrance prolongée des dauphins enfermés dans la baie. Avant même que les mammifères ne soient piégés dans les eaux peu profondes, les opérations de rabattage épuisent déjà bien souvent le groupe, occasionnant des blessures apparentes.  

Comme on a pu le démontrer ces dernières années, les dresseurs travaillent en étroite collaboration avec les chasseurs de dauphins, déterminant quels mammifères seront aptes à la « vie » en captivité et lesquels seront abattus. Les parcs marins et les aquariums utilisent souvent des termes comme « conservation » et « éducation » dans le descriptif des représentations mettant en scène des dauphins captifs. La réalité réside cependant dans les eaux sanglantes de ce petit village japonais: les besoins en dauphins de l’industrie de la captivité pour divertir le public alimentent la chasse au rabattage à Taïji. Les représentations mettant en scène des cétacés captifs, y compris les programmes de nage avec les dauphins, ne sont ni éducatives, ni divertissantes. Elles constituent une exploitation et sont souvent responsables de l’extermination de groupes entiers de dauphins sauvages.

Par rapport à la saison de chasse au dauphin de 2018/19, 61 dauphins en moins ont été capturés. Il est donc impératif de continuer à maintenir la pression en expliquant au monde pourquoi nous devons dire NON aux spectacles de dauphins.

 

 

Alors que les bâches derrière lesquelles les dauphins sont traînés pour être abattus ou sélectionnés sont démontées, et qu’on retire les barres métalliques (« banger poles ») utilisées pour diriger les dauphins dans la baie, le Dolphin Project continuera à informer sur la cruauté de garder des dauphins en captivité. Peu importe la sophistication de leur environnement de détention, le monde naturel pour lequel les dauphins sont spécialement adaptés ne peut tout simplement pas être reproduit.

Le Dolphin Project remercie chaleureusement toutes les personnes qui ont visionné nos diffusions en live, partagé nos réseaux sociaux et blogs et pris l’engagement de ne PAS acheter de billet pour assister à un spectacle de dauphins. Nous sommes reconnaissants à chacun d’entre vous d’avoir apporté votre voix pour nous soutenir. Comme nous l’avons toujours dit, tant que Taïji exploitera les dauphins, le Dolphin Project ira à Taïji pour documenter cette exploitation. La planification est déjà en cours pour la saison 2020/21. Alors que la saison de chasse au rabattage est « techniquement » terminée, les permis de chasse au globicéphale sont valables encore plusieurs mois.    

Nous espérons que vous continuerez à nous soutenir tandis que nous poursuivons notre travail à travers le monde, des États-Unis aux îles Salomon, jusqu’en Indonésie où quatre dauphins sont actuellement en cours de réhabilitation dans le premier sanctuaire permanent pour dauphins au monde, aménagé par nos soins.

Bali, en Indonésie, abrite le premier sanctuaire permanent pour dauphins au monde. Crédit: DolphinProject.com

Tous nos travaux innovants sont rendus possible grâce à votre généreux soutien. Merci d’être des défenseurs des dauphins !

Ric O’Barry, Fondateur / Directeur du Dolphin Project

 


 

Crédit image : Dolphin Project

Statistiques pour la saison de chasse 2019/2020

Nombre total de chasses : 130, avec 82 jours de « baies bleues » (aucun dauphin capturé ou tué) et 48 jours de « baies rouges » (dauphins capturés ou tués).

Nombre total de dauphins capturés : 930

En détails : 

Nombre total de dauphins tués : 560

  • Dauphins de Risso – 115
  • Dauphins d’Électre – 154
  • Dauphins bleu et blanc – 247
  • Globicéphales – 44

Nombre total de dauphins sélectionnés pour l’industrie de la captivité : 180 

  • Grands Dauphins – 58
  • Dauphins de Risso – 25
  • Dauphins à bec étroit – 4
  • Dauphins d’Électre – 3
  • Dauphins bleu et blanc – 10
  • Dauphins tachetés pantropicaux – 51
  • Dauphins à flancs blancs du Pacifique – 15
  • Globicéphales – 14

Nombre total de dauphins relâchés : 190 

Chaque année à Taïji, au Japon, du 1er septembre jusqu’aux alentours du 1er mars, se déroule une chasse connue pour sa cruauté à l’encontre d’êtres parmi les plus sensibles de la planète. Cette chasse a été dévoilée au public grâce au film « The Cove, la Baie de la honte », Oscar du Meilleur Documentaire en 2010. Le Dolphin Project est la seule organisation se trouvant sur le terrain de manière consécutive depuis 2003, et la seule présente à Taïji tout au long de la saison de chasse 2019/2020. Notre mission est d’exposer les atrocités commises à l’encontre des dauphins, en nous servant de la technologie du streaming, de la documentation photo et vidéo, et du pouvoir fourni par les réseaux sociaux et les blogs. Ce n’est qu’en exposant au monde ces pratiques monstrueuses commises à Taïji qu’elles prendront fin. Et elles doivent prendre fin.

Traduction de David Delpouy pour #RéseauCétacés d’un article de Richard O’Barry, publié le 29 février 2020, sur le blog du DolphinProject.

 

Californie ~ Une sénatrice dépose un projet de loi pour faire plier SeaWorld
Images rares en Antarctique : une scientifique filme des orques en train de jouer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *