La même mer, mais une existence bien différente…

Des images récentes diffusées par le média russe VR.RU montrent des bélugas aux vies très différentes. Alors que quatre bélugas captifs nagent dans leurs petits enclos marins à l’Oceanarium de Primorsky, en Russie, un béluga sauvage semble venir prendre de leurs nouvelles.

Les deux bélugas observés dans la baie d’Ussuri, en avril 2020, appartenaient probablement à un plus grand groupe de cétacés captifs libérés en 2019 de ladite «prison des baleines», près de Nakhodka. Étant donné que certains des bélugas relâchés ont passé l’hiver dernier près de Vladivostok et Nakhodka, il est en effet probable que le spécimen sauvage que l’on aperçoit dans cette vidéo soit l’un d’entre eux.

Cette séquence met en évidence la différence frappante entre la vie des cétacés retenus pour les besoins de l’industrie du « divertissement », dans un bassin, et celle de leurs camarades sauvages, encore libres d’aller où bon leur semble dans l’océan.

Traduction par Léana Bağ pour Réseau-Cétacés d’un article de Margaux Dodds, publié le 19 mai 2020 sur le site de l’ONG Marine Connection.

 

Irlande : le retour inquiétant des orques à Strangford Lough
Un dauphin né à Marineland donne à son tour naissance à une petite femelle, une première pour le parc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *