Australie ~ Le langage secret des dauphins Burrunan découvert pendant le silence du COVID-19

Les scientifiques profitent du calme de la pandémie de la COVID-19 pour étudier le langage d’une espèce rare de dauphin.

Le dauphin Burrunan vit dans les lacs du Gippsland et dans la baie Port Phillip situés dans l’Etat de Victoria.

Avec la COVID-19, moins de bateaux ont pu naviguer sur les lacs du Gippsland et, par conséquent, le bruit s’en est trouvé amoindri.

Les scientifiques ont mis en place des sondes acoustiques dans les lacs du Gippsland pour écouter, pour la première fois, ce que le dauphin Burrunan a à dire.

La docteure Kate Robb, de la Marine Mammal Foundation, a déclaré qu’elle avait déjà beaucoup appris en les écoutant.

« Les dauphins ont un répertoire ; des bulles et des grincements, des cris, des sifflements et des grognements. Chacun de ces sons peut être corrélé à un comportement et c’est ce qu’on appelle le répertoire acoustique », a ajouté la Dre Robb.

« Sur le bateau, nous faisons un suivi de type focal dans lequel nous notons le comportement des dauphins que l’on observe en surface pendant que nous enregistrons les sons sous-marins. »

« Une fois que nous avons tout assemblé, nous faisons correspondre les sons et les comportements et nous recherchons des corrélations. »

Kate Robb a déclaré qu’ils avaient déjà traduit certains des sons émis par les dauphins.

Points clés :

  • Les scientifiques enregistrent les sons que font les dauphins Burrunan.
  • La Dre Kate Robb a trouvé une corrélation entre les sons produits et un comportement particulier.
  • Il y a eu peu de plaisanciers pendant le confinement dû à la COVID-19, ce qui a permis d’avoir des conditions calmes adaptées au projet

« Les dauphins produisent un bourdonnement. C’est ce qu’on appelle une écholocation. Ils font cela pour trouver leur nourriture. Nous savons donc déjà que ce son est en corrélation avec l’alimentation », a déclaré la Dre Robb.

La Dre Robb et son équipe pouvaient reconnaître chaque dauphin individuellement simplement en les regardant.

Il s’avère que chaque dauphin a également son propre nom.

C’est ce qu’on appelle un « sifflement signature ».

« Nous avons découvert le sifflement caractéristique du dauphin Burrunan pendant cette période. De la même manière que je m’appelle Kate, ils ont une façon de dire leur propre nom », a déclaré Kate Robb.

« Le sifflement signature est une forme de salutation, mais nous ne voulons cependant pas faire d’anthropomorphisme. »

« Finalement, si nous observons un comportement particulier, nous pouvons nous attendre à ce que ce type de son (le sifflement signature) soit produit, car c’est une sorte de langage en soi, mais ce n’est pas exactement un ‘hé, comment allez-vous ?' ».

« Nous essayons d’identifier le sifflement signature de chacun des dauphins du pod des lacs du Gippsland. »

La vie sociale complexe d’un dauphin

La Dre Robb a déclaré qu’elle s’attendait à découvrir un langage avec les comportements, comprenant l’alimentation et l’accouplement.

Les dauphins ont une vie sociale complexe.

Deux des dauphins Burrunan, Yoda et Trunci, sont meilleurs amis depuis plus d’une décennie.

« Yoda et Trunci sont nos mâles résidents, ils ont toujours été vus ensemble depuis 2006 », a déclaré la Dre Robb.

« Ils ont un lien très fort et nous appellerions cela une alliance ».

«  Ces garçons sont toujours vus ensemble. »

La Dre Robb espère apprendre le langage associé aux mères lors de la naissance des petits.

« Les femelles ont tendance à passer du temps dans les pods de nurserie, avec d’autres mères ayant des petits du même âge », dit-elle.

«Nous avons des femelles matriarches qui ne se reproduisent plus mais qui restent dans ces pods, comme des grands-mères». « Les mamans partagent les soins de leurs petits afin qu’elles puissent prendre le temps de se nourrir. »

Aperçu de l’activité nocturne

Pour la première fois, l’étude acoustique aide également la Dre Robb et son équipe à se renseigner sur le mouvement des dauphins Burrunan pendant la nuit.

« Cela nous dira pour la première fois quelle est l’activité nocturne des dauphins », a-t-elle déclaré.

« Il semble que les dauphins utilisent la zone aussi bien la nuit que le jour ».

« Ils ne dorment pas, ils éteignent la moitié de leur cerveau et se reposent de cette manière. Nous appelons cela le sommeil uni-hémisphérique – ils peuvent le faire à toute heure du jour ou de la nuit. »

La Dre Robb a confié qu’elle espérait que les dauphins puissent communiquer davantage pendant cette période plus calme sur les lacs du Gippsland, car les mesures visant à protéger les dauphins pendant les périodes de navigation ne sont pas toujours appliquées.

« Il existe des mesures visant à protéger les dauphins qui stipulent que les bateaux ne sont pas autorisés à s’approcher à moins de 100 mètres. Les habitants les respectent, mais en haute saison, nous constatons un nombre élevé de violations de ces règles. »

La Dre Robb a déclaré qu’il n’y aurait peut-être jamais d’autre occasion comme celle-ci sur les lacs du Gippsland.

« C’est une expérience contrôlée que nous ne pourrons plus jamais refaire », a-t-elle ajouté.

Traduction par Camille Le Boité pour Réseau-Cétacés d’un article de Mim Cook, publié le 26 juillet 2020 sur le site d’actualités australien ABC News.
Crédit photo : Marine Mammal Foundation

Note de Réseau-Cétacés : le dauphin Burrunan (Tursiops australis) est l’une des trois espèces de dauphin à gros nez (genre Tursiops). Découverts au sud de l’Australie en septembre 2011, environ 150 individus seulement sont actuellement recensés. Source : Wikipedia.

 

La fausse orque, un cétacé méconnu
États-Unis ~ Le juge valide le versement par SeaWorld de 65 millions de dollars aux investisseurs dans "l’affaire Blackfish"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *