Protection des cétacés : vers une généralisation des répulsifs acoustiques ?

Alors que l’hiver est une période critique pour l’échouage des cétacés, les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique envisage d’élargir l’utilisation des pingers. Ces dispositifs acoustiques installés sur les bateaux de pêche limiteraient la capture accidentelle des cétacés.

« Le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) estime dans son avis du 26 mai 2020 que l’équipement de ces navires réduirait de 21 % le total des captures accidentelles en mer », défendent les ministères.

C’est pour cela qu’ils proposent, par un arrêté en consultation jusqu’au 20 novembre prochain, l’élargissement de leur utilisation à tous les chalutiers pélagiques (simple ou en paire) et les chalutiers démersaux en paire, sans distinction de taille.

Recommandée par les scientifiques, cette généralisation des pingers pourrait être une réponse à la mise en demeure adressée à la France par la Commission européenne le 2 juillet dernier. Elle lui reproche de ne pas avoir pris de mesures suffisantes pour limiter les prises accessoires et contrôler l’obligation pour les navires de pêche d’utiliser ces pingers. Le ministère de la mer n’a en revanche pas suivi les conseils scientifiques demandant une fermeture temporaire de la pêche.

Mais l’utilisation de ces solutions d’effarouchement est dénoncée par l’ONG Sea Shepherd :

« L’idée même derrière l’usage des répulsifs acoustiques est d’exclure les dauphins de leur zone de nourrissage et de leur habitat naturel (pour laisser le champ libre aux bateaux de pêche) », estime l’ONG.

Depuis plusieurs mois, l’ONG a accentué sa campagne de surveillance des navires de pêche français pour « lever l’opacité sur les pratiques ». La tension entre les pêcheurs et l’ONG est à son comble avec des altercations sur le terrain.

Source : Actu-environnement – Publié le 03.11.2020
Photo de une : Pxhere

h

2020, année sombre en vue pour les dauphins sur le littoral français
Documentaire ~ Dauphins sous haute surveillance : une hécatombe silencieuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *