États-Unis ~ Observation de deux baleineaux chez l’une des grandes baleines les plus menacées au monde

La naissance de ces bébés ramène l’espoir chez une espèce de baleine en danger critique d’extinction.

Deux nouveau-nés, spécimens rares chez les baleines noires de l’Atlantique Nord, ont été récemment aperçus dans les eaux américaines.

Cette nouvelle est encourageante car les baleines noires de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis) sont en danger critique d’extinction, avec seulement quelques 400 individus présents à l’état sauvage, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) Fisheries.

Des biologistes du Clearwater Marine Aquarium, en Floride, ont repéré le premier des baleineaux le 4 décembre près de l’île Cumberland en Géorgie. Selon la chaîne d’information CNN, celui-ci est le petit de Chiminea (baleine âgée de 13 ans), qui aurait mis bas pour la première fois. Le deuxième, repéré le 7 décembre au large de Vilano Beach, en Floride, est le bébé de Millipede (âgée de 16 ans), et il a été aperçu aux côtés de grands dauphins.

La saison de reproduction de la baleine noire de l’Atlantique Nord, qui s’étend de la mi-novembre à la mi-avril, est une période importante de l’année pour surveiller le nombre de naissances.

Selon la NOAA, la chasse historique à la baleine a laissé cette espèce au bord de l’extinction dès le début des années 1890. Bien que cette chasse ne nuise plus aux baleines noires – grâce à un moratoire international mis en place par la Commission Baleinière Internationale (CBI), – d’autres impacts humains continuent d’affecter leur nombre. L’enchevêtrement dans les engins de pêche (par exemple les filets), les collisions avec les navires et la pollution sonore des océans due aux activités humaines, selon la NOAA, constituent tous une véritable menace pour leur survie.

Les trois dernières années ont été particulièrement difficiles pour les baleines noires de l’Atlantique Nord. Depuis 2017, elles sont sujettes à ce que la NOAA appelle un «événement de mortalité inhabituel». Selon les rapports, pendant cette période, 32 de ces baleines sont mortes et 13 ont été gravement blessées en raison d’enchevêtrements et de collisions avec des navires.

La saison de reproduction de cette année a également mal démarré après la découverte d’un baleineau mort, sur la rive d’une île-barrière, au large de la Caroline du Nord, à la fin du mois de novembre, selon un communiqué de la NOAA Fisheries.

«Avec une population à des niveaux aussi bas, chaque individu compte, et c’est formidable de voir ces deux nouveaux baleineaux au tout début de la saison de reproduction»,  a déclaré à la CNN Jamison Smith, directeur exécutif du Blue World Research Institute, qui a pris des photos de ces nouveau-nés grâce à des drones.

Cependant, un long chemin reste encore à parcourir. USA Today mentionne, en accord avec une déclaration de la NOAA, que 20 baleineaux devraient naître chaque année pour espérer maintenir la population. Néanmoins, au cours des quatre dernières saisons, les baleines noires de l’Atlantique Nord n’ont pas réussi à atteindre cet objectif, ne donnant naissance qu’à un total cumulé de 22 baleineaux.

Traduction par Simona Catozzi pour Réseau-Cétacés d’un article, publié le 17 décembre 2020, sur le site d’actualités américain Live Science.
Photo : © CMAquarium
Une maladie cutanée dévastatrice chez le dauphin (couvrant jusqu’à 70% du corps) liée au changement climatique
L’intelligence artificielle pourrait venir à la rescousse des épaulards résidents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *