Nouvelle-Zélande ~ Stabilisation du nombre de dauphins d’Hector grâce au sanctuaire ?

L’auteure de la plus longue étude menée sur des mammifères marins de Nouvelle-Zélande affirme que la création d’un sanctuaire dans la péninsule de Banks a sauvé le dauphin d’Hector.

Liz Slooten y répertorie les dauphins depuis 1984.

Selon l’étude, dans les années 80, la population était en chute libre et ses chances de se rétablir étaient d’à peine 7%.

Liz Slooten a déclaré que la population était désormais stable, avec 41% de chances de se rétablir.

«C’est dû à la création du sanctuaire pour les mammifères marins de la péninsule de Banks, lequel a été établi en 1988 avec l’interdiction d’utiliser des filets de pêche jusqu’à quatre milles marins au large des côtes.»

«Mais si nous voulons que la population se rétablisse réellement, nous devons étendre cette connexion.»

L’auteure a expliqué que de nouvelles mesures de protection étaient entrées en vigueur en octobre – ils pourront ainsi mesurer leur efficacité.

Liz Slooten, qui a commencé l’étude pendant son doctorat, a déclaré qu’il était inhabituel qu’une étude dure aussi longtemps.

«Nous atteignons maintenant le point où un dauphin, né au début de l’étude, serait susceptible de mourir aujourd’hui. Nous commençons donc à obtenir un cycle de vie complet chez ces dauphins, au cours duquel nous arrivons à voir à quel âge ils commencent à se reproduire, jusqu’à quel âge ils vivent, et toutes sortes d’informations biologiques qu’il est difficile d’obtenir autrement», a-t-elle déclaré.

Traduction par Camille Le Boité pour Réseau-Cétacés d’un article, publié le 27 Décembre 2020, sur le site d’actualités néo-zélandais RNZ.

 

 

Pour la première fois en 40 ans, les baleines sont de retour dans les régions polaires
Une maladie cutanée dévastatrice chez le dauphin (couvrant jusqu’à 70% du corps) liée au changement climatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *