West Vancouver ~ Un groupe d’orques observé sous la neige

Un groupe d’orques a offert aux visiteurs du Whytecliff Park, à West Vancouver, une surprise lors du week-end de la Saint-Valentin, en nageant sous la neige près du rivage.

Le moment magique du 14 février a été filmé par des spectateurs et partagé sur les réseaux sociaux pendant le week-end.

Une occasion spéciale pour un couple de Vancouver, qui venait juste de se fiancer sur les rochers de Whyte Islet.

Christoph Wrzosek venait de poser la grande question à sa petite amie, Tina Mohns, après seulement six mois passés ensemble, et au moment où elle a répondu « oui », les orques se sont approchées.

«Quand on est sûrs, on le sait», a déclaré Mme Mohns au North Shore News.

«Quelques instants après que Christoph m’ait demandée en mariage, le groupe d’orques a commencé à nager vers nous, comme pour nous féliciter ! Le symbolisme de l’orque est parlant : famille, romance, longévité, harmonie, protection. Une affirmation de notre amour et de notre engagement.»

«Nous nous sommes sentis comme sur un nuage.»

Natalia Kotowska explorait via les points d’observation de West Vancouver quand elle aussi a eu la chance d’apercevoir ces magnifiques mammifères marins pour la première fois.

Mme Kotowska, arrivée à Vancouver du Royaume-Uni il y a environ quatre mois, a déclaré qu’elle avait décidé de visiter Horseshoe Bay pour la journée. Elle s’était alors dirigée vers Whytecliff Park car intriguée par des personnes se précipitant sur des rochers pour atteindre une petite île proche de la rive.

Elle a décidé de suivre la petite foule jusqu’à l’îlot Whyte, vers 15h, et après avoir regardé autour d’elle pendant une vingtaine de minutes, elle a remarqué quatre orques, un mâle et trois femelles, qui nageaient à proximité.

«Elles étaient vraiment proches», dit-elle. «C’était incroyable.»

Elle ne s’attendait pas du tout à une «expérience si extraordinaire».

Vidéo ici.

«J’étais informée sur la présence d’orques et d’autres cétacés, et j’attendais vraiment avec impatience d’en apercevoir ce printemps, car c’est à cette période qu’on les voit normalement m-a-t-on dit», a déclaré Mme Kotowska.

«J’aurais pu m’attendre à une de ces journées de promenade durant laquelle, avec un peu de chance, j’aurais aperçu un aigle. Au Royaume-Uni, d’où je viens, il n’y a pas de pygargues à tête blanche, et je voulais donc en filmer un, mais en fin de compte, à la place, j’ai pu voir des orques.»

«Les observer a été absolument incroyable et je ne pouvais pas en demander plus. C’est une expérience formidable.»

Mme Kotowska a également croisé le couple fraichement fiancé, et a confié que c’était «beau» d’avoir pu voir les orques en cette journée spéciale.

Des orques résidentes du sud s’arrêtent dans le coin.

Amber Sessions, directrice des communications de l’ONG Ocean Wise, a déclaré que des personnes avaient repéré des orques résidentes du sud.

Elle a encouragé les observateurs de cétacés à enregistrer leurs témoignages à l’aide de l’application Ocean Wise Whale Report.

«Le signalement des orques observées fournit aux scientifiques d’Ocean Wise et d’autres organisations des informations essentielles pour suivre l’état de santé des populations d’orques résidentes du sud en situation de danger (ainsi que d’autres espèces de cétacés)», a déclaré Mme Sessions, par mail. «De plus, ces données sont transmises en temps réel sur l’application Whale Report Alert System, qui informe les navigateurs commerciaux (comme les capitaines de ferry) sur la présence de cétacés à proximité, afin qu’ils puissent réduire leur vitesse et prendre des mesures palliatives.»

Elle a aussi ajouté que les gens peuvent découvrir les meilleurs points d’observation de cétacés sur les côtes, et en apprendre davantage à leur sujet, le long du Whale Trail.

«Un réseau de points d’observation terrestre offre un excellent moyen de repérer des cétacés et n’a aucun impact négatif», a-t-elle déclaré.

Mme Sessions a également rappelé aux observateurs d’être «respectueux des cétacés» et de leur laisser de l’espace, surtout à bord d’un bateau ou en kayak sur l’eau.

Traduction par Simona Catozzi pour Réseau-Cétacés d’un article d’Elisia Seeber, publié le 16 février 2021, sur le site d’actualités canadien North Shore News.
Photo : Natalia Kotowska

RC

10 années pour photographier l'océan dans tous ses états
Colombie-Britannique ~ Est-il trop tard pour sauver les orques résidentes du sud ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *