Japon ~ Fin de la saison de chasse au dauphin à Taïji

Le Dolphin Project confirme que la saison 2020/2021 de chasse au dauphin à Taïji s’est terminée le 1er mars. Pendant les six mois de chasse, la collaboration avec Life Investigation Agency (LIA), dirigée par Ren Yabuki, directeur de campagne, a permis la présence quotidienne sur le terrain d’une équipe japonaise, afin de documenter les battues et autres événements qui se sont déroulés.

Plusieurs espèces de dauphins, des plus jeunes aux plus vieux, ont été régulièrement victimes de harcèlement, d’abus et de maltraitance, et abattus pour leur viande ou emmenés captifs pour être exploités dans des parcs marins et des aquariums. Des groupes entiers de dauphins ont été décimés. Plusieurs morts accidentelles ont également eu lieu, et grâce à la documentation assidue de l’équipe, nous avons pu enregistrer les actions éhontées des chasseurs.

Cette saison, un total de 46 «baies rouges» (dauphins abattus ou sélectionnés pour la captivité) et 135 «baies bleues» (aucun dauphin abattu ni capturé) ont eu lieu, concernant six espèces de dauphins. Nous estimons que 547 dauphins ont été abattus et 140 sélectionnés pour la captivité. Beaucoup d’autres sont peut-être morts à cause de la chasse, mais leur nombre n’a jamais été enregistré.

«Jamais auparavant une équipe composée uniquement de militants japonais n’était restée à Taïji, avec le seul but de documenter, de leur propre point de vue, la souffrance des dauphins endurée chaque année dans la baie. Grâce à eux, notre action éducative a pris une ampleur sans précédents dans l’ensemble du Japon.» ~ Tim Burns, Dolphin Projet.

#JDD2020 (Japan Dolphins Day)

Moments les plus marquants

Quatre dauphins sont sélectionnés pour la captivité lors de la première battue de la saison de chasse de 2020/2021, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

La saison a commencé le 1er septembre – le Japan Dolphins Day, une journée internationale d’action et de sensibilisation que nous coordonnons depuis 2005. Face à la pandémie de COVID-19, l’événement est devenu virtuel, et des milliers de personnes de dizaines de pays (y compris des habitants de Taïji) ont exprimé leur opposition à la saison de chasse au dauphin. Leur message était fort et clair : le massacre des dauphins à Taïji est un crime contre la nature et doit immédiatement cesser. Le premier jour de la saison, les chasseurs de dauphins ont rapidement localisé deux pods et les ont rassemblés. Quatre membres, trois grands dauphins et un dauphin de Risso, ont été sélectionnés pour la captivité.

Un groupe de dauphins de Risso, dont un très jeune, est conduit dans la baie et abattu, Taïji, Japon. Crédit : LIA / Dolphin Project

Le 17 septembre, un groupe de dauphins de Risso a été localisé. Les chasseurs ont réussi à conduire les dauphins dans la baie, où ils ont été abattus. La documentation signale le massacre d’un très jeune dauphin, peut-être même un nouveau-né. LIA est en train de mener une enquête sur la légalité de l’acte de tuer des bébés allaités et/ou de les séparer de leur mère.

Ric O’Barry aux abords de la baie, Taïji, Japon. Crédit: Dolphin Project

Près de quatre ans et dix mois après mon expulsion du Japon, la décision de la Haute Cour de Tokyo de révoquer l’arrêté d’expulsion du ministère de la Justice est désormais effective. Dans un jugement dans l’affaire opposant Ric O’Barry au gouvernement, le tribunal a tranché en ma faveur, citant que mon refus d’entrée (en date du 20 janvier 2016) et mon expulsion (en date du 5 février 2016) étaient sans fondement juridique. Le gouvernement japonais a tenté de faire appel de cette décision, mais la Cour Suprême a rejeté le recours. Ainsi, l’affaire est close ! Le Dolphin Project tient à remercier toutes les personnes qui ont défendu Ric O’Barry. Vos tweets, courriels, appels et dons ont fait la différence ! Nous remercions également Matt Sorum, Leilani Munter, Maisie Williams, Slash, le Dr Brian May et Tom & Kim Scholz. Merci au membre du Congrès Ted Lieu, au département d’État des États-Unis, à l’ambassade des États-Unis à Tokyo et au cabinet d’avocats de Maître Takashi Takano.

Baleine à bosse piégée dans des filets de pêche, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

Le 29 novembre, l’équipe a documenté la capture d’une baleine à bosse dans les filets de pêche hauturière (appelés «filets fixes»). Heureusement, le mammifère a été relâché sans incident. Ren explique : «Les dauphins, les orques et les baleines sont pris dans des filets de pêche fixes partout dans le monde. Les manchots, les tortues de mer, les phoques et d’autres animaux s’enchevêtrent souvent dans les filets de pêche et perdent la vie – c’est un problème international.»

Grands dauphins rabattus dans la baie pour les besoins du «divertissement» en captivité, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

Des vies à jamais détruites : des grands dauphins rabattus dans la baie pour les besoins du «divertissement» en captivité, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

Les chasseurs de dauphins de Taïji ont touché le jackpot grâce à une sélection étalée sur trois jours (19-22 décembre) de grands dauphins pour l’industrie de la captivité. Au total, 85 mammifères ont été choisis pour approvisionner des delphinariums. Malgré la condamnation internationale, les aquariums et les parcs marins continuent de profiter de la vie de ces victimes innocentes.

Engagez-vous à NE PAS acheter de billet pour un spectacle de dauphins

Un jeune dauphin meurt après une noyade accidentelle dans des filets, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

Des images du 5 janvier 2021, premier jour de chasse à Taïji de l’année, montrent un groupe de dauphins bleus et blancs chassés dans la baie. Au sein du groupe se trouvaient plusieurs jeunes. L’un d’eux semblait s’être noyé dans les filets et a été immortalisé flottant immobile à la surface de l’eau pendant une longue période. On voit un chasseur s’avancer vers le dauphin, le rapprocher du skiff en lui saisissant le rostre, puis «remuer» son corps comme pour lui donner une apparence de mouvement. Cette action s’est poursuivie jusqu’à ce qu’un autre groupe de chasseurs traîne le dauphin dans la zone bâchée où le reste de son pod se faisait abattre. Malheureusement, ce n’est pas le premier incident où des jeunes dauphins sont maltraités ou rejetés morts à la mer. Au fil des années, le Dolphin Project a dénoncé l’acte de séparer des nouveau-nés allaités par leurs mères durant le processus de sélection. Certains jeunes dauphins sont rejetés à la mer et privés de la protection du reste de leur groupe, d’autres sont abattus dans la baie, avec les adultes. Dans le cas de jeunes dauphins abandonnés à eux-mêmes, leurs chances de survie sont extrêmement minces car ils ne peuvent plus être allaités par leur mère. Ces décès ne sont pas comptabilisés dans les quotas de prises.

Décès par noyade : petit rorqual tué par des pêcheurs japonais, Taïji, Japon. Crédit : LIA / Dolphin Project

La baleine à bosse décède après s’être empêtrée dans les filets de Taïji, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

Au cours du même mois, deux baleines, dans deux occasions différentes, ont été capturées dans les filets fixes de Taïji. Un petit rorqual, après 19 jours de séquestration, a été délibérément noyé par des pêcheurs japonais. Ren explique : «À 6h49, une corde a été nouée autour de la caudale du petit rorqual, puis on l’a attaché au rebord du bateau, et il a été suspendu le museau vers le bas. Sa tête est restée sous l’eau pendant environ 20 minutes et, vers 7h09, il s’est noyé. Sa queue était attachée en bordure du bateau et il ne pouvait pas respirer. Clairement, il souffrait. Il se débattait violemment, tandis que le sang coulait, les pêcheurs riaient en poursuivant leur besogne.»

Le 13 janvier, juste un jour après cette mise à mort, une baleine à bosse a été repérée enchevêtrée dans les filets fixes. Peu de temps après, l’association a extrait la baleine morte de l’extérieur des filets, la ramenant en mer. Tim Burns déclare : «Ce n’est pas la première fois que nous voyons des baleines enchevêtrées dans les filets au large de Taïji, mais le nombre d’incidents concernant des espèces non ciblées est devenu alarmant.» L’attention internationale a amené les gouvernements du Royaume-Uni et d’Australie à s’exprimer sur le sujet.

Capture brutale de dauphins à flancs blancs du Pacifique, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

Le 21 février, une capture brutale de dauphins à flancs blancs du Pacifique a eu lieu au large. Le lendemain, sur les 29 mammifères capturés, un était mort et 22 ont été relâchés, et les six dauphins restants ont été gardés captifs.

L’un des plus grands rassemblements de citoyens japonais manifestant pour dénoncer la chasse au dauphin, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

Ce même mois, a eu lieu l’un des plus grands rassemblements de citoyens japonais manifestant pour dénoncer la chasse au dauphin à Taïji.

Brutale sélection pour la captivité de grands dauphins, Taïji, Japon. Crédit: LIA / Dolphin Project

À plusieurs reprises, l’équipe a documenté la souffrance prolongée des dauphins une fois conduits dans la baie. Avant même que les mammifères ne soient piégés dans les eaux peu profondes, les battues elles-mêmes épuisent bien souvent le groupe, occasionnant des blessures apparentes. Les dresseurs travaillent en étroite collaboration avec les chasseurs de dauphins, choisissant quels mammifères connaitront la «vie» en captivité et lesquels seront abattus. Les parcs marins et les aquariums emploient souvent les termes «conservation» et «éducation» dans le descriptif de leurs spectacles de dauphins. Cependant, la réalité réside dans les eaux sanglantes de ce petit village japonais : la demande de dauphins captifs pour le divertissement des spectateurs alimente la chasse au rabattage à Taïji. Les spectacles de cétacés, y compris les programmes de nage avec des dauphins, ne sont ni éducatifs ni divertissants. Ils constituent une exploitation et sont souvent responsables de l’extermination de groupes entiers de dauphins sauvages.

Par rapport à la saison de chasse au dauphin de 2019/2020, bien que nous ne connaissions pas la raison de cette diminution, 37 dauphins de moins ont été sélectionnés pour la captivité. Il nous apparait donc impératif de continuer à maintenir la pression en expliquant au monde pourquoi nous devons dire NON aux spectacles de dauphins.

«Je suis honoré que le monde se dresse pour soutenir les militants japonais à Taïji, dans leurs efforts d’apporter un changement positif pour les dauphins au Japon.» ~ Ren Yabuki, Life Investigation Agency.

Des militants japonais, dont Ren Yabuki (r) aux abords de la baie, Taïji, Japon

Le Dolphin Project et Life Investigation Agency sont reconnaissants envers toute personne ayant joint sa voix pour nous soutenir. Bien que la saison de chasse soit «techniquement» terminée, les permis de chasse au globicéphale sont valides pour plusieurs mois encore.

Nous espérons que vous continuerez à soutenir le Dolphin Project alors que nous poursuivons notre travail à travers le monde, des États-Unis aux îles Salomon et en Indonésie. En ce lieu, trois dauphins sont actuellement en cours de réhabilitation au centre Umah Lumba à Banyuwedang Bay, à l’ouest de Bali, où se situe la toute première structure permanente de réhabilitation, de remise en liberté et de retraite dédiée aux dauphins captifs.

Centre de réhabilitation, de remise en liberté et de retraite [dédié aux dauphins captifs] Umah Lumba, ouest de Bali, Indonésie

Ric O’Barry, fondateur / directeur du Dolphin Project

Crédit image : Dolphin Project

Statistiques concernant la saison de chasse au dauphin de 2020/2021

Nombre total de baies rouges : 46 (dauphins abattus ou sélectionnés pour la captivité)
Nombre total de baies bleues : 135 (aucun dauphin abattu ni sélectionné pour la captivité)
Nombre total de dauphins abattus et/ou sélectionnés pour la captivité : 687

Total de dauphins abattus : 547

Dauphins de Risso – 142
Dauphins d’Électre  – 178
Dauphins bleus et blancs – 227

Total des dauphins sélectionnés pour la captivité : 140

Grands dauphins – 119
Dauphins de Risso – 3
Dauphins tachetés pantropicaux – 12
Dauphins à flancs blancs du Pacifique – 6

Crédit image : Dolphin Project

Chaque année à Taïji, au Japon, de septembre à mars, se déroule une chasse notoirement cruelle, à l’encontre d’êtres parmi les plus sensibles au monde. Cette chasse a été dévoilée au public grâce au film primé aux Oscars en 2009 «The Cove, la Baie de la honte». Pendant cette période, les chasseurs de dauphins «conduisent» les mammifères vers leur capture ou leur mort, par le biais de la violence physique et de la torture acoustique. En savoir plus ici.

Traduction par Simona Catozzi pour Réseau-Cétacés d’un article de Ric O’Barry, publié le 1er mars 2021, sur le site du Dolphin Project.
Image : Dauphins de Risso évoluant librement dans la nature au large de la Californie. Crédits : Tracie Sugo

RC

Russie : l’opportunité d’une interdiction des captures de cétacés
Chasse au dauphin à Taïji (Japon) – Bilan semaine du 22 au 28 février 2021 #26

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *