Sri Lanka – L’échouage de centaines d’animaux marins après le naufrage d’un navire

Des centaines de cadavres d’animaux marins se sont échoués au Sri Lanka, des semaines après qu’un cargo transportant des produits chimiques dangereux ait pris feu et coulé.

Le X-Press Pearl a coulé début juin au large de Colombo, au Sri Lanka, après avoir été en feu pendant des jours.

Selon un tribunal, depuis le naufrage, les restes de 176 tortues, 20 dauphins et 4 baleines se sont échoués.

Les experts craignent que le navire, qui transportait des tonnes de pétrole dans ses réservoirs, ne reste un danger pour l’environnement pendant des décennies.

Le X-Press Pearl transportait 278 tonnes de fioul de soute et 50 tonnes de gazole lorsqu’il a pris feu le 20 mai. Il transportait également 25 tonnes d’acide nitrique, ainsi que d’autres produits chimiques et cosmétiques.

Un groupe environnemental avait précédemment déclaré que la cargaison toxique du navire menaçait de créer « une soupe chimique » dans la région.

Un ministre du gouvernement a déclaré qu’il était rare que les décès d’animaux soient élevés à cette période de l’année.

« Pendant la mousson du sud-ouest, les créatures marines ne meurent jamais de cette façon », a déclaré Mahinda Amaraweera, le ministre de l’Environnement, aux journalistes, selon un rapport de Reuters.

« La plupart de ces carcasses se trouvent sur la côte ouest, directement touchée par le naufrage. »

Long de 186m (160 pieds), le X-Press Pearl a quitté le port indien de Hazira en direction de Colombo le 15 mai. L’incendie s’est déclaré alors qu’il était ancré au large du port de Colombo.

Les débris, les granulés de plastique et les cadavres d’animaux marins ont commencé à s’échouer sur le tronçon côtier près du site de l’épave – qui abrite certaines des plages les plus vierges du pays – peu de temps après la pollution par les hydrocarbures.

Dans un premier temps, la pêche dans la zone a été interdite, bien que certaines de ces restrictions aient été levées depuis.

Le gouvernement sri lankais a également déposé une première demande d’assurance, d’un montant de 40 millions de dollars, pour couvrir les coûts de lutte contre l’incendie et d’indemnisation de perte de revenus pour environ 50 000 personnes, pour la plupart des pêcheurs.

Les autorités sri lankaises pensent que l’incendie a été causé par une fuite d’acide nitrique, dont l’équipage était au courant depuis le 11 mai. L’acide, hautement corrosif, est largement utilisé dans la fabrication d’engrais et d’explosifs.

Les propriétaires du navire ont confirmé que l’équipage était au courant de la fuite, mais ont déclaré que le Qatar et l’Inde leur avaient refusé l’autorisation d’y amarrer le navire.

La colère croît au Sri Lanka, suite à l’autorisation de laisser entrer le navire dans les eaux du pays.

Le capitaine russe du navire – qui a reçu l’interdiction de quitter le pays – a comparu jeudi devant le tribunal, bien qu’il n’ait pas encore été inculpé.

4 autres personnes ont été citées comme co-accusées dans l’affaire. Les procédures judiciaires reprendront le 15 juillet.

Traduction par Camille Le Boité pour Réseau-Cétacés d’un article, publié le 2 juin 2021, sur le site d’actualités britannique BBC News.
Photo : EPA

 

Mexique - Le vaquita menacé par la perte d’une aire interdite à la pêche
Sunderland ~ L’incroyable cliché de dauphins rejoignant une nageuse en plein entraînement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *