Japon : mise à jour sur la reprise de la chasse au dauphin par la coopérative de pêche de Itō (Futo)

L’année dernière, la coopérative de pêche de la municipalité de Itō avait tenu une conférence de presse pour annoncer son intention de reprendre la chasse au rabattage des dauphins, après quinze années sans pratique. La finalité était la vente de dauphins sauvages à des delphinariums et autres structures de divertissement. Cependant, la saison de chasse s’est terminée sans aucune capture de dauphin.

La saison de chasse autorisée par le gouverneur de la préfecture de Shizuoka s’étendait du 1er octobre 2019 au 31 mars 2020.

Aucun dauphin n’a été capturé sur cette saison ; manifestement, la raison serait que les chasseurs n’ont pas été en mesure de localiser de groupes.

Pendant la saison de chasse, la LIA (l’ONG Life Investigation Agency) a mené une enquête à Futo, en collaboration avec le Dolphin Project.

Selon l’enquête, douze bateaux « chanchan » (« banger boats », bateaux bruyants des chasseurs) utilisés pour capturer les dauphins avaient été préparés par les pêcheurs du port de Futo. Cependant, aucun enclos pour garder des dauphins après leur prise n’a été aménagé. De plus, aucune autre sorte de préparatifs concernant des dauphins capturés n’a eu lieu.

Jusqu’à l’année dernière, la coopérative de pêche n’avait pas chassé de dauphins depuis quinze ans. Pour autant, aucune faillite due à des difficultés financières n’a eu lieu. On peut légitimement en déduire que l’objectif de la reprise de cette chasse, par la coopérative de pêche de Futo, est simplement d’accroître ses revenus.

Depuis longtemps, les humains tuent des poissons, des mollusques et des crustacés pour se nourrir, et ils essaient aujourd’hui de capturer des dauphins pour gagner de l’argent sur leur dos.

Les humains capturent et vendent des dauphins à des « aquariums pratiquant l’esclavage ».

Les dauphins sont piégés pour être capturés et exploités jusqu’à leur mort dans des aquariums par des esclavagistes.

Notre rêve, du plus profond de notre cœur, est que la capture de dauphins cesse définitivement !

Traduction par Léana Bag & David Delpouy, pour Réseau-Cétacés, d’un article publié sur le Blog de LIA.
Photo : LIA

 

Une association américaine crée un lieu de retraite pour les cétacés des parcs d’attraction
Japon : décès de Honey, le dauphin laissé à l’abandon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *