Norvège : pas de confinement pour les chasseurs de baleines

Alors que l’humanité est confinée et fait face à une crise mondiale provoquée par le coronavirus, il semble qu’en Norvège, la pandémie n’empêche en rien les chasseurs de baleine de sortir.

En Norvège, la chasse à la baleine a repris mercredi 1er avril avec une flotte de bateaux équipés pour chasser et tuer jusqu’à 1 278 baleines de Minke, également appelées petits rorquals. L’année passée, les baleiniers norvégiens ont tué 429 de ces cétacés soit un peu moins que les 454 de 2018 et bien en dessous du triste record de 736 individus, atteint en 2014.

Les chasseurs norvégiens s’opposent à la réglementation internationale interdisant le commerce de la baleine. Ainsi, ce ne sont pas moins de dix navires qui pourraient partir en chasse cette année. Il ne s’agit d’ailleurs pas forcément de baleiniers puisque ce sont principalement de simples pêcheurs, dont la plupart reprendront leurs activités habituelles une fois la saison achevée.

Fait inquiétant, les autorités norvégiennes proposent d’assouplir la réglementation et ainsi faciliter l’obtention du permis de chasse à la baleine. Les autorisations de chasse sont d’ordinaire attribuées après plusieurs mois de concertation mais cette proposition pourrait bien réduire la période d’attribution à trois semaines. De quoi donner l’opportunité à davantage d’équipages de prendre part au massacre. En cas d’officialisation, au moins trois bateaux supplémentaires pourraient se positionner et bénéficier de ces démarches facilitées.

Depuis plusieurs dizaines d’années, le gouvernement norvégien subventionne l’industrie baleinière et promeut fortement la consommation de viande de baleine.

Cependant, le déclin de la demande a contraint le secteur à être plus créatif pour faire ressurgir l’intérêt de la population.

D’importantes subventions publiques ont été accordées dans le but de promouvoir la viande de baleine au cours de différents temps fort de la gastronomie ainsi qu’au sein des écoles. D’autres stratégies consistent même à donner les restes de viande aux sans-abri. Pour autant, la tendance ne fait que s’accentuer.

En 2019, une enquête sur la consommation alimentaire au sein des foyers, en partie financée par la WDC, est venue confirmer cette tendance, en révélant que seulement 4% des norvégiens consomment régulièrement de la viande de baleine, tandis que les deux tiers n’en mangent pas du tout ou ne l’ont plus fait « depuis très longtemps ». Ce sont même 75% des 18-29 qui déclarent n’en avoir jamais mangé ou ne plus le faire depuis longtemps.

Traduction par Michaël Arlandis, pour Réseau-Cétacés, d’un article de Danny Groves, publié le 31 mars 2020 sur le site de la WDC.
Photo :  Cephas ~ commons.wikimedia.org

 

Îles Tonga ~ Des nageurs surpris face à la ruée d’un groupe de baleines à bosse
Japon : mise à jour sur la reprise de la chasse au dauphin par la coopérative de pêche de Itō (Futo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *