Inde ~ Alors que les dauphins reviennent à Kolkata, des Bengalis se filment en train d’en torturer un

En avril, nous avons reporté comment les dauphins du Gange sont revenus dans la rivière Hooghly (voir : Avec la baisse de la pollution de l’eau, les dauphins sont de retour à Kolkata), et combien de personnes avaient observé des mammifères marins dans les jours suivant le confinement. Mais il semble que la quarantaine n’ait pas réussi à éradiquer les « virus » responsables de la disparition des dauphins de la rivière, à savoir les humains. Dans l’un des premiers cas de conflit opposant l’homme à l’animal, un jeune dauphin du Gange a été littéralement torturé à mort par un groupe de jeunes hommes.

L’incident a commencé à faire du bruit quand un certain Rafiku Saihk a téléchargé une vidéo montrant un groupe d’hommes tenant un dauphin par son rostre et sa queue, tout simplement pour le torturer. Si le lieu exact de l’incident n’a pas encore été déterminé, il est évident qu’il se situe sur les berges du Hooghly, quelque part entre Kolkata et Bardhaman. Une autre vidéo téléchargée par le même utilisateur montrait le mammifère relâché dans la rivière, tout ensanglanté.

Après avoir vu la vidéo, l’organisation de l’écologiste Biswajit Roychowdhury s’est plainte auprès du Conservateur Principal en Chef des Forêts et l’affaire fait l’objet d’une enquête. « Nous supposons que l’endroit se situe entre Kolkata et Bardhaman, et nous espérons que les coupables seront bientôt traduits en justice », nous a assuré Biswajit.

Biswajit a précisé que le dauphin de la vidéo était un nourrisson, probablement âgé de quelques semaines. Après avoir souligné que le sauvetage de dauphins était une tâche extrêmement délicate, il a ajouté : « Les mammifères ont une peau très sensible et la manière dont il a été manipulé, comme on le voit sur les vidéos, est susceptible d’entraîner la mort du dauphin, bien qu’il ait été relâché dans l’eau ».

D’ailleurs, les écologistes ont mis en garde contre une augmentation des conflits opposant l’homme à l’animal dans les jours qui ont suivi le confinement. L’environnementaliste Joydeep Kundu a déclaré qu’en l’absence d’activités humaines, les animaux et les oiseaux avaient commencé à s’exposer, en particulier autour des autoroutes, qui sont encore fortement entourées de grands espaces verts. « Mais dès que les véhicules à grande vitesse vont reprendre la route, les accidents vont augmenter. J’implore les gens de conduire prudemment, au moins pendant les premiers mois après la levée de la quarantaine, » a-t-il insisté.

Biswajit a approuvé, mais a expliqué que ces situations peuvent être réellement différentes si nous faisons preuve de prudence. « Il y a quelques semaines, nous avions repéré des loutres à pelage lisse près de Bardhaman. C’est un événement rare. Mais je crains que si nous ne sommes pas assez avertis et prudents, les conflits homme-animal vont violemment dégénérer après le déconfinement », a-t-il déclaré.

Traduction par Maéva Dramet pour Réseau-Cétacés d’un article – publié le 11 mai 2020 – sur le site indien «The times of India».

 

Arctique ~ Des chercheurs craignent un risque élevé d’infection par le coronavirus chez les narvals et les bélugas
Nouvelle-Zélande ~ Un robot dauphin fait sensation dans les aquariums, tout en remédiant à un problème éthique

Un commentaire

  1. veronique liebaert   •  

    respectons la nature et elle nous le rendra mille fois pour sa beauté et sa douceur de vivre……

    Sans autre commentaire………………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *