Crise pandémique : les océans plus calmes profitent aux cétacés

HÚSAVÍK, Islande – Entourée de chaînes de montagnes enneigées, cette petite ville de la côte nord de l’Islande est devenue la «capitale des cétacés» du pays – l’observation des cétacés est sa pierre angulaire.

«C’est probablement l’activité la plus populaire pour les visiteurs, étrangers et nationaux», a déclaré Heimir Hardarson, capitaine à l’entreprise North Sailing.

Figurant parmi les pionniers de l’observation des cétacés en Islande, Heimir Hardarson emmène le public dans les eaux de l’océan, depuis près de 30 ans, pour expérimenter une rencontre rapprochée avec certains des plus grands animaux du monde.

«Des créatures particulièrement mystiques», dit-il, «flottant dans leur apesanteur.»

Récemment, un matin, Heimir Hardarson a emmené une poignée de visiteurs sur son bateau, qui accueille généralement 90 passagers, pour observer des baleines à bosse et des rorquals communs dans la baie de Skjalfandi.

Le nombre de visiteurs a été sévèrement impacté par la pandémie de coronavirus. Mais en réalité, la crise mondiale a bénéficié aux cétacés, car l’ingérence humaine a reculé. Le bruit ambiant dans les océans du monde en provenance des paquebots de croisière, des sonars et des chantiers navals a diminué.

«Je pense que, dans l’ensemble, la pandémie a été largement positive pour les cétacés», a déclaré Ari Friedlaender, écologiste marin et biologiste à l’Université de Californie à Santa Cruz.

Il étudie comment les océans plus calmes ont influé sur les cétacés en mesurant leur niveau de stress grâce à des échantillons d’hormones. Ari Friedlaender explique que les animaux utilisent l’acoustique, tel le chant des baleines, pour communiquer entre eux et localiser les sources de nourriture. Le bruit présent dans l’environnement peut interférer avec ces communications et d’autres fonctions vitales essentielles.

«L’idée est qu’en diminuant l’activité humaine et l’environnement bruyant, nous constatons une baisse des taux d’hormones de stress chez ces animaux», a-t-il déclaré.

Ari Friedlaender a indiqué que le stress affecte les cétacés de la même manière qu’il impacte les humains, en modifiant leur comportement et leur capacité à s’acquitter de tâches physiques et mentales. Le stress peut également entraîner des changements à long terme affectant la santé générale d’un cétacé et sa capacité à se reproduire.

«L’animal est susceptible de se reproduire moins souvent qu’il l’aurait fait autrement», a-t-il mentionné. «S’il ne se reproduit pas assez fréquemment, la population n’a pas la possibilité de croître suffisamment vite, ni de maintenir sa croissance démographique.»

La pandémie a eu un impact encore plus concret sur la population de cétacés au large des côtes islandaises : elle a contribué à précipiter la fin de la chasse commerciale à la baleine.

L’Islande est l’un des trois seuls pays au monde à autoriser encore la chasse commerciale à la baleine, les deux autres étant le Japon et la Norvège. L’année dernière, deux sociétés islandaises de chasse à la baleine ont interrompu leurs campagnes de chasse en raison des restrictions sanitaires. Les opérateurs ont déclaré aux médias locaux que les réglementations de distanciation sociale rendraient impossible le traitement normal à bord.

«Je ne chasserai plus jamais la baleine, j’arrête pour de bon», a déclaré l’année dernière Gunnar Bergmann Jonsson, directeur général de la société de chasse à la baleine de Minke IP-Utgerd, à l’AFP, l’agence de presse française. Et la demande a continué de baisser.

«Il n’est plus nécessaire de chasser les baleines. Nous n’avons plus besoin de les consommer», a déclaré Eva Björk Káradóttir, directrice du musée de la baleine de Húsavík. «La jeune génération née après 2000 ne le fait plus vraiment.»

En fait, une grande partie de la demande de viande de baleine en Islande provenait de touristes désireux de la goûter durant leurs visites, a-t-elle déclaré. Les Islandais ont réexaminé leurs relations avec les baleines ces dernières décennies.

«Je pense que le tourisme s’est développé et que nous avons commencé à attirer des gens du monde entier. Une perspective nouvelle s’est offerte à nous, et c’est juste à ce moment-là que nous avons pleinement réalisé que notre terre est belle, que notre eau est bonne et aussi que les gens s’intéressent aux baleines», a-t-elle déclaré.

Heimir Hardarson, le capitaine du bateau d’observation des cétacés, a expliqué que les gens avaient cessé de consommer de la viande de baleine pour plusieurs raisons, notamment en réalisant qu’il était insensé de tuer un animal capable de vivre pendant près d’un siècle. Et il a également souligné une autre raison simple.

«Elles valent bien plus vivantes que mortes», a-t-il déclaré. «Je pense que nous en avons fini avec la chasse commerciale à la baleine, et ce pour l’avenir. Je ne vois aucune raison de la pratiquer.

Heimir Hardarson a reconnu que les animaux sont également affectés par les excursions d’observation des cétacés, mais il a déclaré que l’expérience aidait à motiver les gens à les protéger.

«Il existe des nuisances également liées à l’observation des cétacés et, en ce sens, il faut garder en tête d’éviter de trop les stresser ou de leur mettre trop de pression», a-t-il déclaré. «Cela nous préoccupe beaucoup, alors nous essayons de respecter une vitesse et de minimiser notre empreinte carbone.»

Il espère maintenant qu’avec l’essor du tourisme, l’Islande permettra aux visiteurs vaccinés d’entrer dans le pays sans être placés en quarantaine, et que l’observation des cétacés constituera à nouveau un marché important, contribuant à protéger les animaux et à soutenir la ville entière.

Traduction par David Delpouy pour Réseau-Cétacés d’un article de Sarah Harman et Carlo Angerer, publié le 28 mars 2021, sur le site du média NBC News.
Photo : Aqqa Rosing-Asvid ~ wikimedia.org

 

Russie ~ Du nouveau concernant l’interdiction des captures de cétacés
États-Unis ~ La licence du Miami Seaquarium à nouveau contestée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *